La ville lumière à l’heure de la généalogie !

Le salon de Paris vient de fermer ses portes et il faut bien dire que c’est à nouveau une grande réussite !

Les grandes compagnies (qui ont beaucoup de succès) comme les petites associations étaient à nouveau réunies à la mairie du 15e arrondissement pour partager autour de notre passion commune : la généalogie.

FamilySearch, Généalogie en Correze, Génécole, Les marmottes de Savoie, L’Auvergne, la Mayenne, la Charente… Beaucoup trop pour tous les nommer mais comme le chantait Aznavour… « ils sont venus, ils sont tous là ». Tous ? en fait non, parceque la , mairie manque de place  pour accueillir tous les exposants intéressés, et ils sont de plus en plus nombreux. Espérons que tous puissent nous rejoindre un jour !

Geneanet, Filae, FamilySearcg voient des files entière devant leurs stands. Mémoire des Hommes informe sur le passé d’un ancêtre soldat , les associations locales voient arriver des personnes se découvrant des ancêtres du cru ! (Mince, toujours pas pu venir parler de mes limousins  ni de parler aux bordelais de l’ascendance française de Natalia Lafourcade, une des invitées de RootsTech ! ) .

Une matinée était reservée aux scolaires. Mention spéciale pour les acteurs d’un jour en uniforme qui ont fascinés les petits. Le salon, ouvert à tous dés le jeudi après-midi vit des conférences, des discussions,  des contacts de clientèles, des échanges entre pros ( dont un très intéressant avec ma consoeur Laurence Abenzur-Hazan )

Les allées sont pleines. Les gens intéressés. On s’échange coordonnées,tuyaux, gedcoms. On se découvre des cousinages. Et on repart plein d’énergie et heureux comme après avoir revu une grande famille !

Bravo à Archives Et Culture pour cette belle organisation.

A très vite pour d’autres belles aventures !

 

 

 

 

 

 

 

 

Et comme un bonheur ne vient jamais seul, la fête continue pour le Guide de la Généalogie en Belgique au salon du livre !

Vive RootsTech !

RootsTech, C’est une fête, une réflexion, une réunion de famille. La grande famille des généalogistes et de celles et ceux qui aimeraient le devenir. Des rencontres, des apprentissages et des  mises en communs d’expériences personnelles et professionnelles. Des rencontres, des conférences, des ateliers, des labos, un hall d’expo avec des stands et des rencontres, formelles ou informelles en marge du salon.

Le tout dans une foule impressionnante réunie dans un centre de conférences qui ne l’est pas moins.

Mais RootsTech, c’est bien plus que ca !

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais c’est quoi une journée à RootsTech ?

Le matin commence tôt, très tot meme parfois si on est invité(e)s aux petits dejeuners thématiques organisés par le staff ou par des compagnies généalogiques en particulier. Vient ensuite le vrai début de la journée : Rejoindre les participants, d’une journée ou d’une semaine, dans la plus grande salle du centre de conférences. Un Maître de cérémonie chauffe la salle : C’est qu’il s’agit d’être en forme pour la keynote du matin. La keynote ? Ce grand moment de communion qui suit un scénario millimétré et bien particulier dans une salle surbondée de 10.000 personnes réunies pour entendre un(e) invité(e) partager son histoire de famille. Le tout sous le patronage quotidien d’une des grandes boites : MyHeritage, Ancestry, FindMyPast

C’est également l’occasion pour elles de venir présenter nouveautés et scoops. Comme pour cette année, le projet pro bono DNA QUEST lancé par MyHeritage et qui permettra à des enfants américains adoptés de partir à la découverte de leurs racines ou pour les nouveaux registres catholiques mis à disposition par FindMyPast. L’occasion est bonne : tout le monde est réuni et c’est l’occasion de s’intéresser aux activités de telle ou telle compagnie.

Au menu, cette année : Scott Hamilton, Brandon Stanton, Natalia Lafourcade (aux racines bordelaises !) et le Prof. Henry Louis Gates Junior ! Les histoires défilent…et ne se ressemblent pas du tout. De l’émotion d’avoir été adopté, de s’etre construit une famille et d’adopter à son tour de Scott Hamilton, à la success story de Brandon Stanton qui de « zero » like sur Facebook a réussi à en réunir des milliers par son sens de l’écoute, de l’empathie et de la photo bien fait en passant par Henry Louis Gates Junior qui voulait tellement faire connaitre l’histoire de sa propre famille et vérifier ce qui était dit au sujet de son grand-père qu’il a lancé des projets d’envergures pour valoriser les histoires de familles de célébrités afro-américaines d’abord,puis de l’Amérique entière, et maintenant soutient les initiatives visant à intéresser les jeunes à la généalogie génétique. Toutes ces histoires sont passionnantes et le moment de partage entre les invités et le public est bien réel.

Il faut que je vous dise un mot du maître de cérémonie, Jason Hewlett. Ce monsieur revient chaque année et il est, il faut le dire, très drôle avec ses mimiques et ses imitations.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De belles rencontres, un monde fou. Une sensation qu’on aura jamais le temps de gouter à tous les mets succulents que le buffet propose mais que c’est un grand honneur de participer à ce buffet, de discuter avec les petits et grands convives, de se balader à travers les plats, de se dire que cette recette là marcherait du tonnerre à la maison, que l’autre pas ou que cette dernière est exactement ce qu’il faut pour un contact ou un client.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais que la foule ne vous effraie pas, il y a toujours moyen de se trouver un petit coin,une conférence moins suivie ou de s’isoler dans un couloir pour respirer un coup. Et puis, il faut dire que c’est TRES tres chouette de voir tant d’engouement pour la généalogie et l’histoire des familles.

Des conférences : Sur tous les thèmes, les périodes, les sujets. De la conservation des documents familiaux sur des clouds ( coucou Dan Earl ! ) aux archives de la guerre civile américaine en passant par les archives allemandes, les ressources françaises ( coucou Pierre ! ) ,les transcriptions et traductions ( coucou Thomas!)  les archives allemandes et surtout surtout cette année la généalogie génétique.

Pas de photos des conférences ici : pour éviter le pillage intellectuel, les conférenciers sont nombreux à interdire prises de vues de leurs cours. Il est vrai que l’impolitesse de certains amenaient certaines conférences à devenir des champs de smartphones, et ce sans aucune autorisations ni demandes, il fallait donc sévir; Certains permettent néanmoins de photographier certaines données ou liens, histoire de ne pas avoir à les recopier, ou encore donnent leurs coordonnées pour pouvoir envoyer les ressources par la suite.

Ces derniers temps, la généalogie génétique est omniprésente au salon, dans les longues files pour obtenir les précieux kits ADN ou dans les conférences à ce sujet qui affichent toutes complets, tant est le besoin d’en savoir plus à ce sujet. Cette matière amène également des grands questionnements. La question de la protection de la vie privée n’est pas loin, ni celle d’ailleurs du GDPR abordé avec grande vigileance et talent par Judy Russell dont les analyses et les commentaires sont toujours intéressants et très pertinents.

Et puis l’Expo Hall, son inimitable parfum sucré impossible à décrire, les files devant les stands, le bonheur des enfants lors de la journée des familles, les compagnies qui rivalisent d’imagination pour les stands et les multiples possibilités qui s’offrent aux visiteurs : tant dans les rencontres formelles avec les commerciaux (Il faut bien appeler un chat un chat…) que dans les liens qui se tissent entre visiteurs. FamilySearch a eu cette brilliante idée de mettre une app à disposition qui permettait de lier les cousins présents à RootsTech et ainsi de se découvrir plein de nouveaux cousinages et branches ! On était en plein dans le « Connect/Belong » !

Mais pour en revenir aux stands : Les français étaient une nouvelle fois bien représentés : Geneanet, Heredis, Famicity et Patronomia ! Il y a de plus en plus de compagnies européennes, principalement francophones, et c’est un grand plus pour le salon mais il y a aussi des chinois, des africains, une association de promotion des « native american », the world is RootsTech !

 

 

 

 

 

 

 

 

Et Filae venus en visiteurs. Tous ceux là nous ont fait le plaisir de se plier au jeu de l »interview , vous en etendrez parler très bientôt ici même.

Et puis les rencontres. Retrouvailles ou découvertes. Echanges entre blogueurs, développeurs, généalogistes et historiens. Le traditionnel diner des francophones ( Je crois qu’il faudra bientôt louer tout le resto ! ) et l’accueil formidable des amis sur place qui nous font sentir comme à la maison.*

 

 

 

 

 

(Avec Amy Archibald du staff d’organisation)

Le soir est consacré aux réunions entre amis et aux événements sociaux mais jamais bien tard tant les journées sont longues et tant aussi est grande l’envie de se lancer dans de nouvelles recherches, inspirées par les apprentissages et échanges du jour.

RootsTech passe trop vite. Beaucoup trop vite, les rencontres s’enchainent,les rendez-vous aussi, quelques conférences triées sur le volet car on ne sait assister à tout et voici déjà le moment de quitter le Salt Lake Palace et de rentrer non sans oublier le passage obligé à la Bibliothèque de Généalogie. Mais on en sort boosté par tant d’énérgie, de motivation, d’interet pour ce sujet qui nous passionne tant.

Preuve en est que RootsTech, c’est un enrichissement personnel beaucoup plus fort que juste un congrés ou une foire des acteurs du marché.

C’est un esprit qui,j’espère, j’en suis sûre, va durer encore longtemps !

Une soirée culturelle cloture en général la convention. L’an passé, c’était l’Afrique qui était à l’honneur. Cette année, c’est le Mexique qui a été célébré avec forces Mariachis, Tifo dans l’orchestre et belles robes de circonstances. La performance est à revoir ici. 

Un énorme BRAVO à FamilySearch de rendre tout ceci possible, aux équipes (Trop nombreuses pour toutes etre citées mais Jen, Anne, Tyler, Amy, Edgar…, tous les techniciens, equipes logistiques, volontaires pour tenir les conferences/scanner les badges, personnel du centre de conférence, catering, artistes, invités généalogistes ou non, exposants, invités, participants du monde entier, merci de faire de RootsTech cette belle réussite ! )

Vive RootsTech !

See you next year !!

 

 

 

 

 

 

ps : En attendant, on peut revoir différentes conférences ici ( Et ca,c’est chouette !)

 

  • En parlant de la maison,j’ai vraiment adoré mon Hotel où je me suis sentie comme chez moi…les archives concernant le batiment en + ! Les gens d’SLC m’ont dit qu’il était hanté mais je crois que le fantôme ( « Moaning Molly » 😉 ) a eu peur de rencontrer une généalogiste qui lui aurait posé des questions 😉

RootsTech : Day (presque) 1 !

Et déjà plein d’images en tête !

Tout d’abord,une foule impressionnante. Les couloirs remplis de personnes faisant la file pour rentrer dans les salles de conférences, en collision avec les personnes qui en sortent. Ca fait un joyeux mélange. La foule étonne, surprend et fait sourire. C’est quand même top de voir tous ces gens réunis pour l’amour des ancêtres.

Le choix était super difficile à faire : alors j’ai tiré à la courte paille ! Et c’est Lara Diamond qui a remporté le tirage ! Je me suis donc dirigée vers cette première conférence sur l’utilisation de l’endogamie ( Pas l’endogamie dans le sens où l’entend généralement mais l’endogamie « toutes les lignes s’entremelent à partir d’un certain point) , endogamie qui est fort présente dans les populations juives de l’est de l’Europe. Partant des chouettes exemples de ses matches ADN, Lara nous explique comment elle a pu redonner à chaque sa relation dans l’arbre familial, comment elle a pu retrouver des relations biologiques entre certains membres, comment elle a pu détecter un lien de parenté en utilisant les ressources de généalogie génétique mais aussi la logique et la preuve négative. Ses slides étaient un pur bonheur! ( Lara, tes slides sont géniales!) . J’en suis sortie avec la conviction qu’il y a vraiment énormément à faire avec la généalogie génétique.

 

La deuxième conférence porte sur les traductions et les transcriptions en Généalogie. Elle est donnée par Thomas MacEntee, dont ce fut le métier pendant des années avant de devenir une référence incontournable du monde généalogique. Il  passe en revue les différentes possiblités de traductions, Google Translate entre autres, l’appel à des bénévoles sans négliger l’appel à des professionnels, et de transcriptions . Le pourquoi retranscrire des archives est également évoqué, ce qui est crucial comme question. Pour nous, la réponse va sembler évidente, mais elle ne l’est pas forcément pour le commun des mortels. Tout comme l’importance de retranscrire les erreurs ou de laisser un « blanc » ou un « ? » dans les mots qui manquent à la transcription. Basique? Super important à rappeler, surtout.  L’importance de respecter la ligne aussi. Le tout avec des exemples de logiciels ad hoc.  Très intéressant d’en apprendre plus sur des outils qu’on connait parfois peu à force d’utiliser toujours les mêmes; Thomas souligne l’importance de vivre une langue, de ne pas se baser uniquement sur les logiciels et de ne pas se reposer uniquement sur l’informatique.

Une mini pause-midi avec le grand plaisir d’interviewer Lisa Louise Cooke de GenealogyGems et vient déjà la deuxième partie de journée.

Je ne voulais pas manquer la conférence de Bernice Bennett sur l’implication émotionnelle des test ADN. C’est un sujet fort sensible et la manière d’appréhender les choses est à la fois fort simple et fort compliquée. Respect sans forcer. Comprendre et vouloir comprendre. Accepter les différences, les refus, les limites des tests aussi ou le simple fait d’apprendre qu’un parent biologique est déjà décédé et qu’on ne le connaitra pas.  Bernice fait participer la salle et les témoignages émouvants se succédent les uns après les autres. Les yeux ne restent pas sec très longtemps !

Ils n’ont d’ailleurs pas le temps de sécher que Jennifer Holik, américaine mariée à un reconstituteur néerlandais ( Ca ne s’invente pas ! ) passe en revue les différentes maniéres de retrouver la trace d’un soldat de la Seconde Guerre Mondiale, son service, son parcours selon qu’il aie été dans la Marine, Dans l’aviation, dans l’infanterie etc. Jennifer insiste sur le fait que ces parcours pourront être retrouvés de façon similaire pour les soldats de la Première Guerre et de la Guerre de Corée. Après avoir fait l’inventaire des ressources, d’où les trouver et de ce qu’elles contiennent, Jennifer nous fait une lecture d’une lettre de soldat, sur le point de mourir, qui est absolument déchirante. C’est là que je me souviens qu’elle avait prévenu qu’il fallait prévoir des mouchoirs ( j’en avais, ouf ! ). Wow!

L’ouverture officielle du salon a lieu à 4h30 dans la grande salle des Keynote. A un moment,on se demande si tout le monde réussira à rentrer tant l’affluence est grande mais ouf ! Tout est calculé au millimètre près et tout le monde trouve un siège dans cette énorme salle qui peut contenir 10.000 personnes;

10.000 . Vous avez bien lu !

Steve Rockwood, le Président et CEO de FamilySearch nous accueille, après une intro tout en humour de Jason Hewett, Maître de cérémonie des KeyNote nous livre un discours dont il a, seul, le secret.

Celui-ci est vibrant en ceci qu’il fait ressortir en nous l’envie de connecter nos ancêtres au monde, de connecter nos ancêtres entre nous et par là, de se connecter nous-même à un sens d’appartenance. Je suis peut-être bon public pour ce genre de discous mais wow, c’est vraiment très inspirant et surtout, ca donne de la force et de l’énergie !

Le partage en public d’une enquête sur l’avenir de la généalogie, vient le temps  des discussions intéressantes de panels sur ces différentes parties de l’avenir de la généalogie ( la conservation des archives, la vie privée, les recherches de généalogie génétiques)  avec notamment, Judy Russell qui prévient des dangers de la nouvelle loi concernant la vie privée ( GDPR, qui sera d’application en mai) , et des dérives du droit à l’oubli.

La journée aurait pu s’arreter là mais non ! Un cortège s’ébroue joyeusement vers l’Expo Hall, pour l’inaugurer en beauté et permettre aux visiteurs d’avoir un aperçu des stands qu’ils pourront découvrir plus longuement pendant tout le salon. Famicity est là, Geneanet et Heredis aussi. On inaugure le media hub avec des interventions de Steve Rockwood et de Living DNA. Le temps de faire un petit tour dans les stands et également d’apprendre que c’est DNA Painter qui a remporté le prix d’Innovation génétique ( ce qui remplaçait un peu l’Innovation Showdown) et voilà déjà le Salt Lake Palace qui s’endort pour la nuit.

Une journée bien chargée mais qui donne la pêche et l’envie de faire encore plus de généalogie !

C’est ca, RootsTech !

(Les photos dés que possible techniquement,mais il y a plein sur Twitter 😉 )

RootsTech is a great place to learn more about family history.(crédit photo : FamilySearch )

And the winners are…

Les gagnants du concours ont été désignés ! Les voici :

  • Filae  : Vero Franc Hope
  • Archives et Culture : Caroline Jacquemyns, Vero Franc Hope, Jennifer Boulinguez Lallain, François Caron.
  • Geneanet : Guillaume d’Eukem
  • Disney (Coco) :  Vero Franc Hope ( avec une mention spéciale pour sa fidélité aux concours, nous n’avons pas été sourds à l’histoire de son arrière-grand-père 🙂 )

Bravo à tous ! A très très vite pour d’autres supers concours ! <3*<3*

Si vous etes l’heureux élu(e) , écrivez moi par ou via Messenger, pour s’arranger pour que vous puissiez profiter de vos lots le plus vite possible ! <3<3

 

Geneanet rénove son projet Cimetières !

Vent frais sur la page Cimetière de Geneanet ! Le profil est repensé et vous permet une approche plus logique et intuitive des différentes facettes du projet. On dit Bravo !

Plus d’infos ?

https://www.geneanet.org/cimetieres/

 

Du nouveau pour les conditions de confidentialité de Geneanet !

Je reprends le communiqué in extenso ici : « C’est une petite nouveauté qui devrait apporter beaucoup de solutions aux problèmes liés à la confidentialité des données sur GeneaNet. Les personnes qui figuraient dans des arbres sans dates de naissance, mariage ou décès étaient jusqu’alors soit oubliées par le masquage des contemporains, soit masquées alors qu’elles étaient décédées depuis des siècles, d’où un casse-tête pour l’utilisateur : que choisir ?

Récapitulons la situation telle qu’elle existe depuis la création des arbres en ligne et des options d’affichage/masquage des données. Jusqu’à présent, les généalogistes qui choisissaient de masquer les contemporains avaient deux possibilités pour les individus saisis sans dates de naissance, mariage ou décès :

– Faire apparaître les individus sans dates, avec l’inconvénient que des contemporains apparaissent.
– Masquer les individus sans dates avec l’inconvénient de voir des “xx” apparaître partout dans l’arbre.

 

Désormais, si vous avez choisi le mode “privé”, notre système va déterminer automatiquement s’il y a lieu de masquer les individus sans date, ou non.
Pour ce faire, un calcul est effectué en fonction des dates renseignées sur les ascendants, les descendants ou les conjoints. Ce calcul prend en compte une moyenne de 30 ans d’écart par génération.

Bien évidemment, il ne sera pas parfait, car il peut y avoir des naissances avec très peu d’écart d’âge (une mère de 17 ans par exemple) ou avec un écart important (un père de 60 ans), mais il devrait être suffisant pour éviter les publications d’individus bien vivants tout en laissant apparaître la plupart de vos ancêtres non masqués par des “xx” désagréables.

Ce traitement sera effectué de façon automatique, vous n’avez donc rien à modifier. Les modifications seront mises en place dans les jours qui viennent (et instantanément si vous mettez à jour votre arbre), nous vous remercions de votre patience.

Un grand merci à Daniel de Rauglaudre, auteur de GeneWeb (le module de l’arbre en ligne) pour la conception de cet outil ! »

Voilà qui va satisfaire bien des utilisateurs du site généalogique français !

Geneanet lie données et actes !

Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah ( Grande exclamation de soulagement et de plaisir de la communauté généalogique ! )

Geneanet vous permet à présent de faire le lien entre une donnée présente sur leur site et l’acte original, ce qui vous permet de a) voir la source et la traiter vous-même b) vérifiez les données que vous auriez trouvé par ailleurs !  C’est pas chouette, ca ? 🙂

La petite video ci-dessous vous explique tout,tout,tout sur cette nouvelle fonctionnalité :

Bilan du week end « Sauvons nos tombes » de Geneanet !

C’est devenu un classique du printemps à l’instar des courses cylcistes flandriennes, l’opération « Sauvons nos tombes » organisée par Geneanet a réuni 511 contributeurs, photographiant 56000 tombes ( soit 71000 photos) en un seul week end en France à l’étranger ( Belgique, Pays-Bas, Allemagne mais également Colombie, le Portugal, l’Afrique du Sud ou l’Ouzbekistan. Preuve que la communauté Généanet s’élargit de jour en jour).

Le plus grand contributeur a apporté à lui seul prés de 14.000 photos (chapeau!) et c’est aujourd’hui des milliers de tombes qui sont encodées pour le plus grand plaisir des chercheurs. A noter une attention spéciale apportée au centenaire de la Première Guerre Mondiale et plus particuliérement aux tombes du Chemin des Dames auquel un travail spécial a été apporté.

Pour celles et ceux qui n’auraient pu participer, c’est encore évidemment possible ( et souhaité! 🙂 ) à cette adresse : http://www.geneanet.org/cimetieres/howto . Comme les beaux jours ne font que commencer, c’est l’occasion de se lancer dans la grande entreprise de la sauvegarde de notre patrimoine funéraire !

Rendez-vous à Paris!

Au grand salon annuel de généalogie organisé par Archives et Culture !

J’y serais pour vous aider à retrouver vos ancêtres et serait ravie de vous rencontrer !

Toutes les infos pratiques se trouvent ici !