FamilySearch Users Can Now Correct Name Indexing Errors!

 FamilySearch has added a much-anticipated innovation that now enables users to make name corrections to its indexes. Corrections made by users increase the likelihood of success for researchers to find the records of their ancestors. (Find and share this announcement online in the FamilySearch Newsroom).

If you have ever searched for ancestors online in indexed records, you inevitably find collections where your ancestor’s name was indexed incorrectly. Sometimes it was indexed correctly according to what was written on the source document, but that name may not be an alternative spelling of the name used by your family.

The reasons for incorrect entries of indexed names are many and valid—difficult-to-read handwriting, faded ink, document damage, errors in the original documents, uncommon names, language barriers, and unexpected spellings are among them. When entries are indexed incorrectly from valuable historic records, it is difficult for family researchers to find the ancestor and the accompanying information they are seeking.

People can now correct the spelling on the index and leave a brief explanation. Corrections will appear along with the original index entries—making both searchable online. Only indexes referring to images can be corrected, meaning that not all index entries are editable. A user can check the image and compare it to the index entry. An icon of a page and a camera at the side of the index entry indicate that an image is available.

FamilySearch product manager John Alexander recommends that users take the time to use the new tool as needed when they run across indexed records that they know are in error. “Adding corrections to an index when the information does not match the names as written in the original document or if the document was recorded wrong will increase the quality of the index and usefulness to other searchers,” said Alexander. For example, if “Johnathan”—spelled with an H—was indexed as “Jonathan,” a user who recognizes the error can add to the index to show the actual spelling as written in the document.

Alexander reported that users will soon have the ability to correct additional types of indexing errors besides names.

FamilySearch Indexing Editing Made Easy

Editing an index entry on FamilySearch is simple. When searching for an ancestor on the site, users can look through the results for a likely record and click the ancestor’s name. A box will pop up with the indexed information on the left and a clickable image on the right. If the index is editable, the word “Edit” will appear in blue to the right of the name.

To enter the desired correction, click Edit, and follow the prompts. A space is included for other comments or explanations. User corrections will not override the information already on FamilySearch but adds an alternative. Multiple corrections can be added to a record. All will be searchable.

Can’t to be at RootsTech London and RootsTech to learn of the first numbers of edited names!

FamilySearch Indexing Editing tool enables users to correct name indexing errors.

THE Gen Show : Premiere édition !

Les portes du NEC de Birmingham viennent à peine de se refermer sur THEGenShow 2019, la première édition du genre et le moins qu’on puisse dire est que ce fut un succés!

Des interventions d’une grande qualité, des participants intéressés et interessants mais aussi des stands, des retrouvailles et des connexions avec des généalogistes, amateurs et professionels, du monde entier

Dans le top des conférences ayant remporté le plus de succès, celle de Michelle Leonard sur comment débuter une recherche ADN, celle de Nathan Dylan Goodwin sur l’écriture sur base des recherches généalogiques et celle de Blaine Bettinger ont obtenu le plus de succes mais Yvette Hoitink et John Boeren représentaient également fiérement les Pays-Bas tandis que Sophie Boudarel nous parlait des recherches en France et que Valerie Brown Elkins nous parlait organisation de généalogie, Robert Parker de la généalogie à l’ére digitale et Lisa Louise Cooke nous parlait d’exploiter Google Earth !

Pendant et entre les conférences, les stands faisaient le plein de visiteurs avec principalement des associations généalogiques britanniques, les archives militaires (Coucou le MOD!) mais également MyHeritage,  Surnames Studies Society (qui a fait 53 membres sur tout le week end!) et plein d’autres!

Voici tout à fait subjectivement le top dans le désordre car je ne saurais choisir de ce que j’ai aimé au GenShow !

  • La qualité des conférences ! Mention spéciale pour les stroopwafels de John, l’avenir de la généalogie de Blaine et la discussion en panel sur le métier de chasseurs d’ancêtres!
  • Retrouver les amis anciens et nouveaux!
  • Avoir pour la première fois ma meilleure amie et la voir s’interesser à sa généalogie
  • Les étoiles dans les yeux du papa de la directrice du show, Kirsty Gray. Ca n’avait pas de prix!
  • Le tapis vert. Vert comme les arbres, la nature, le renouveau! Tres chouette! ( Pas envie de lancer une polémique mais aucun tapis dans un réçent évenement généalogique, ca faisait un peu triste!)
  • Avoir consulté les copies de lettre de début du 19e siecle découvertes récemment par une cliente!
  • 1815… et aucune mention des guerres napoléoniennes!
  • Le merchandising, les ribbons (Raaaaaaah les ribbons!!!) et la chasse au trésor!

Tout cela pendant deux jours (timing parfait!) pour une formule dont tout le monde s’accorde à dire que ce fut une grande réussite!

THEGenShow vous donne déjà rendez-vous l’an prochain, les 26 et 27 juin ( On sera en été!!!) pour sa 2e édition!!!

Related image

Are you a Eurovision genealogist ? If Yes, read that post!

No surprise here, I’m a Eurovision fan! And the reason lies in my family History!

I have fond memories of my parents and me, specially cooking for the event, watching it live and late (all the countries were on the same night then). I had the right to stay up as long as Belgium was in the run and I was always feeling so special. On the next day, my mum would try a recipe from the winning country and I would learn facts about the country, which helped big times for my geography lessons!

So I’ve got a very fond memory of the contest and I try to continue the tradition in my own family.

Eurovision semi is already behind us. Congratulations to Eliot, the belgian candidate who sadly, didn’t make it to the final on Saturday but did us proud! Also sad for Portugal! I’m now supporting The Netherlands, France, Denmark and Australia (Have you seen that Frozen dress???)

Here are some ideas to spend time in a clever way before Thursday!

  1. Do Genealogy! Obviously!
  2. Discover Eliot’s Heritage (see below)
  3. Try to learn more about your other favorites candidates’s countries.Who Knows you might be a relative!!!
  4. Order a DNA kit  to do your own DNA EXPERIENCE! (And don’t forget, DNA testing is only a start to a research,not an end! And chromosomes/matches study is the most important tool!)
  5. Prepare with crafts for kids or special treats to eat coming from the countries you support! Here some ideas to get you started!!!
  6. Have fun with the special Eurovision-related activities like the Eurovision-Lookalike

Enjoy 2d semi final on Thursday before the grand final on Saturday!

And don’t forget : Dare to Dream!

Image result for dare to dream

Learn French in style with genealogy!

And why not? It’s fun! And way more connected to your tree than the likes of Duolingo!

At least it »s all the fun we had during RootsTech with my friend, Amberly Beck !

I’ve brought my little stone to Amberly’s family tree in France when I was able to give her a breakthrough and direct her to the great collections of Filae

Next step was to help you get the surnames and places names right! So off we went for sessions full of fun and laughter! Check that out!!!

https://thegenealogygirl.blog/2019/03/05/french-pronunciation-lessons-with-marie-cappart/

Des supers chiffres pour RootsTech 2019!

Ils étaient attendus avec impatience et les voilà !

Des supers chiffres de présence en ligne et en présentiel pour RootsTech 2019!

15.156 enregistrements sur place, 80.000 vues des lives, 38 pays représentés (!!!) , 50 etats des USA!

Un très très grand cru!

 

 

Aventures à RootsTech (I) : C’est parti!

3,2,1…

Les foules amassées devant le Salt Lake Palace se ruent à l’intérieur.

Un ingénieux dispositif d’enregistrement pemet à tous de recevoir badge, sac et informations en un temps record ! ( Mon temps d’attente a été de 2 minutes seulement ! ) , les files de l’année passée sont oubliées !

Un premier changement : Plus de scan des badges à l’entrée des conférences ! Conférences dont je vous reparle TRES TRES vite tant elles ont été riches en enseignements et intéressantes!

Des grandes nouvelles aussi comme il est d’usage, de nouveau l’ADN est à l’honneur (cf. post précédent). Je reviendrais dessus mais ce constat : le fossé se creuse entre la conception anglo-saxonne de l’usage de l’ADN récréatif et l’usage européen. Il est grand temps qu’on avance en Europe!

Les Keynotes se font désormais à 16h30 pour le mercredi et 11.00 les autres jours pour laisser aux participants le temps d’intégrer des connaissances le matin.

Après une introduction musicale par The Edge Effect dont seul RootsTech a le secret, voici venu le moment pour le MC traditionnel, Jason Hewlett et Steve Rockwood, le CEO de FamilySearch de monter sur scene.

Une session tres emotionnelle (les photos arrivent!!)  pour mettre en avant les souffrances du peuple afro-américain et l’importance de soigner ces blessures par la recherche ses origines.

Les responsables de l‘international Afro American Museum de Charleston dont son président Michael B Moore  ont insisté sur l’importance de travailler sur son histoire de familles

L’Eglise, conscient de cette importance, fait alors un don de 2 millions (oui,oui!) de dollars pour la creation d’un centre d’histoire des familles afro-américaine au sein du musée! Juste WOW! Encore quelque chose dont les pays européens, dont la Belgique, devraient s’inspirer !

Pas encore remis de nos émotions, voilà que non moins que Martin Luther KING III, le fils de Martin Luther KING vient faire un discours sur l’importance de continuer à lutter pour une société plus juste et plus en paix comme le désirait tant son défunt père. On a tous les larmes aux yeux…

Steve Rockwood lance l’enregistrement pour RootsTech London ! Vous pouvez d’ores et déjà vous inscrire sur le site de RootsTech ! Ne tardez pas !

Avec le succès grandissant de la généalogie en Europe, nul doute que le succés sera grand!

Image result for roots tech london

En Route pour RootsTech : Une fabuleuse aventure !

C’est une histoire extraordinaire, mais réelle, que j’ai envie de vous raconter aujourd’hui !

Alors, avant que l’un d’entre vous ne fasse la remarque 😉 , je tiens à préciser que je n’appartiens pas à l’Eglise des Saints des Derniers Jours. Par contre,j’y ai des ami-e-s et par curiosité intellectuelle, j’ai beaucoup lu et appris à leur sujet.

L’histoire de l’Eglise Des Saints Des Derniers Jours commence en 1830, dans l’Etat de New York avec, selon la croyance de l’église, la révélation de la parole sacrée à Joseph Smith.

Celui-ci commence à prêcher la bonne parole autour de lui et à rassembler des familles qui se mettent à la suivre.

En 1831, ils se mettent en route vers l’Ohio. Mais cet engouement ne plait pas à tout le monde et une forte répression s’abat sur le groupe pourtant de plus en plus nombreux. Ils traverseront l’Ohio, le Missouri notamment, toujours plus à l’ouest! ls vont trouver un répit temporaire à Commerce, rebaptisée Nauvoo, dans l’Illinois  en 1839 où  la communauté va grandir et devenir une des villes les plus peuplées de l’Etat.

Au printemps 1844 , Joseph Smith et ses plus proches soutiens, dont son frère, sont emprisonnés.

Joseph Smith est tué le 27 juin 1844 par une populace menaçante et déterminée. Ses compagnons et leurs familles sont forçés à l’exil. Dans ce « trail » comme on l’appelle, les femmes vont avoir un role moteur. Elles sont certes minoritaires mais autour de leur cuisine le soir, c’est là que les familles trouvent soutien et réconfort.

Chassés de Nauvoo, le groupe se met en route sous la houlette de Brigham Young, successeur de Joseph Smith. D’état en état, il va errer à la recherche d’une terre hospitalière. C’est le « trail », qui est tellement moins glamour que son nom ne le laisse indiquer….

Tout au long du chemin, ils vont rassembler des membres mais aussi recevoir un accueil qui va de « curieux » à hostile et ils doivent souvent poursuivre leur route un peu plus loin vers l’Ouest.

Tellement loin qu’ils vont dépasser le Wyoming et les Rocheuses…

En 1847 , aprés avoir traversé les Rocheuses et bravé mille périls, le petit groupe arrive en haut d’une grande plaine. A la gauche de l’espace, un grand lac salé. Salt Lake City n’est qu’un espace seulement habité par des membres de la tribu indienne des Ute avec laquelle la cohabitation se passe mieux que prévu. Certains indiens vont même se convertir aux croyances de l’Eglise. Mais tout est à construire…

A Salt Lake, ls vont s’installer dans des petites cabanes de rondins. Celle-ci abritait deux familles de pionniers.

Image result for deuel log cabinhttp://www.byujourneys.org/blog/the-deuel-log-cabin/#&panel1-3

Un des premiers logements à Salt Lake, conservé à l’origine (celui ci-dessus) est encore visible à coté de la Bibliothèque de Généalogie. C’était le début de la grand aventure de Salt Lake City : la ville batie prés du grand lac salé et sortie de terre en quelques dizaines d’années seulement.

Ce qui m’impressionne tellement à chaque visite c’est à quel point l’espace s’est developpé , de presque rien…à une grande ville urbaine, moderne, organisée, en si peu de temps. Quand on compare avec la Belgique,par exemple,c’est assez impressionnant!

 

En 1893, Le Prince Roland Bonaparte visite la ville. Il en ramène des clichés de différents photographes dont voici un aperçu 😉

 

 

(Gallica)

La ville n’est pas immense, en tout cas le centre ville mais elle me fascine avec ses building, ses larges avenues et ses immenses centres commerciaux. Dire que l’on vient d’une plaine avec quelques tentes et quelques « log houses » !

Les batiments historiques ne manquent pas et chaque endroit de mémoire est célébré par une plaque qui raconte l’histoire de la ville. Au dessus de la passerelle sur Main Street,il y a meme un plan ancien de la ville afin que l’on puisse comparer! Temple Square d’abord avec sa monumentale construction, le Temple, étalée entre 1847, seulement quatre jours après l’arrivée des pionniers dans la plaine et sa consécration en 1893! et puis le majestueux Hotel Utah devenu le Joseph Smith Memorial Building avec ses grandes salles imposantes, la Lion House, Main Street, le conference center (plus de 20.000 places!) , City Creek devenu un centre commercial avec le dit « creek » qui coule au milieu!  Et puis évidemment, LA bibliothèque de généalogie qui attire les chercheurs/euses du monde entier!

Ce que j’aime par dessus tout dans cette ville, c’est que de moments difficiles de sa communauté, elle a utilisé sa résilience pour devenir une vraie ville ultra moderne et attachante où, je pense, il fait bon vivre ! Je pense que cela reflete bien également l’esprit de la communauté des Saints qui, malgré les légendes et les fantasmes ( OUI, il y a un baptême des ancêtres dans le culte mormon, NON, les Saints ne baptisent pas vos ancêtres « comme ca » ! NON, ils ne mangent pas les petits enfants, NON, ils ne sont pas polygames, enfin plus depuis la fin du XIXe siècle. NON, ils ne se baladent pas en cariole, ce serait plutot meme le contraire, au moins à SLC on peut trouver de la 5G! 😉 continue de faire de la ville un véritable pole social,culturel et économique.

La visite du Musée de l’Histoire de l’Eglise, en face de la Bibliotheque donc pratique à visiter pendant une pause, permet de bien comprendre ce parcours, de comprendre pourquoi la généalogie a une telle importance dans leur vie et d’en ressortir avec ce que les membres de l’Eglise ont pour les gens qui n’en sont pas membres : Du respect et de la compréhension.

Ce n’est certes pas la seule ville au monde à être sortie de terre « comme ca », mais souvent les villes qui sont dans le cas sont des villes avec des milliers d’années d’Histoire derriére elles alors qu’ici, c’est une construction compléte datant du 19e siécle.

Il y a le centre bien sûr mais il y a aussi des quartiers plus résidentiels dans les alentours, qu’ils soient populaires ou plus cossus, qui fait de la ville un véritable pôle d’attraction économique et social avec notamment la centrale de distributions de biens sociaux de l’Eglise.

Beaucoup pensent à tort que Salt Lake est une ville austére mais rien n’est plus faux! Il y a moyen de bien s’amuser à Salt Lake, que ce soit pour aller applaudir les exploits des Utah Jazz, l’équipe de basket locale dont fait partie le joueur français Rudy Gobert (grosse idole du coin, tous les kids en sont fans!), aller au cinéma, voir des artistes de stand up et même goûter des bières belges 😉 même si les membres de l’eglise font abstinence d’alcool et de café. La ville a même été hotesse des jeux olympiques d’hiver (c’est un grand centre sportif pour le ski!) en 2002 et est candidate pour 2030 !

Une ville à découvrir absolument et qu’il me tarde de revoir!

How to Remotely Watch RootsTech 2019 Salt Lake City!

« Salt Lake City, Utah (7 February 2019), If you are unable to attend RootsTech 2019 in Salt Lake City, you have two remote viewing options. Some of the show’s sessions will be streamed live for free at RootsTech.org (see the broadcast schedule below)! If you want more, you can purchase a Virtual Pass to view additional sessions from the conference. RootsTech 2019 in Salt Lake City runs February 27 to March 3, 2019. Go to RootsTech.org to view the entire schedule of events. (Easily share or find this announcement online in the FamilySearch Newsroom).

The RootsTech daily general sessions will be broadcast live and for free. They include keynote addresses by Steve Rockwood, CEO of FamilySearch International, Patricia Heaton, popular actress from Everybody Loves Raymond and The Middle, Saroo Brierley, whose incredible family reunification story which inspired the movie, Lion, and Jake Shimabukuro, world renowned ukulele master.

In addition to the select free classes broadcasted, RootsTech is offering a Virtual Pass, which provides access to 18 online recorded sessions from the conference. You can watch playbacks from your laptop, tablet, or smartphone device whenever and however you’d like—for just $129. Go to Virtual Pass for more information.

If you’re social media savvy, you can follow or join real-time conversations happening on social media using #NotAtRootsTech. »

 

It’s SO easy and you’ll feel you’ll be part of it!!!

Join the fun!!!!

Image result for roots tech

RootsTech 2019 : Suivez les sessions de chez vous aussi!

Vous ne pouvez pas venir à RootsTech mais vous adoreriez suivre les sessions ?

N’hésitez plus! Procurez-vous un Virtual Pass ici et suivez un grand nombre de sessions,pas toutes, en ligne en temps réel ( Il faudra régler votre réveil!) avec nous!

 

Can’t come to RootsTech but would like to follow some of the fascinating and interesting sessions? There’s something for you too here !

Come and join the fun!

 

Challenge A-Z 2018 : Une autre date à mettre à l’agenda!

THE Genealogy Show !!

Ca se passera à Birmingham, au NEC ( C’est là où ce sont déroulés les dernières éditions de Who Do You Think You Are? Live! ) les 7 et 8 Juin 2019 avec au programme : un salon « traditionnel », des keynotes par des invités prestigieux comme Judy Russell  et Lisa Louise Cooke ! Vous m’entendez déjà sauter de joie?

Ce ne sera pas WDYTYA?Live mais ce sera néanmoins un salon génial ! Vous allez voir !

Résolument ouvert sur le monde, et sur l’Europe, ce salon verra des conférences sur la généalogie génétique ( Blaine T. Bettinger ) , l’identification de photos (Valerie Elkins) ,  la vraie vie d’un chasseur d’ancêtre ( Kirsty Gray interviewée par DearMyrtle, je crois qu’il faut voir ca au moins une fois dans sa vie!) , les registres des workhouses ( Sylvia Valentine) , l’écriture de fiction ‘crime » généalogique (Nathan Dylan Goodwin) , les recherches en France ( Sophie Boudarel 😉 ) et celles aux Pays-Bas ( John Boeren et Yvette Hoitink) et tellement d’autres ami(e)s qu’il est difficile de tous les citer ici, mais vous le voyez, le programme est plus qu’alléchant !

Image result for THEgenshow

Et comme d’habitude, des exposants, des rencontres, des possibilités de faire avancer ses recherches un cran plus loin surtout si, comme moi, vous avez des racines britanniques !

Que la langue ne vous fasse pas peur, il y a toujours des polyglottes prêts à vous aider et même avec un anglais de cuisine, on se débrouille !

Ne pensez pas non plus qu’il n’y a rien pour votre généalogie à ce salon. Vous trouverez souvent un cousin immigré aux USA  ou de quoi faire pour creuser vos racines ibériques. Et comme ce genre de salon ne ressemble en rien aux salons que l’on connait en général en France et en Belgique, c’est toujours une expérience à vivre et un chouette city-trip autour de notre passion !

C’est un beau challenge relevé par une équipe européenne permettant à tous de venir faire avancer nos recherches et d’échanger sur celles-ci ! Et comme c’est la première fois et que l’équipe part juste d’une idée délirante et géniale ( comme c’est souvent le cas en généalogie 😉 ) , il est d’autant plus important de leur donner leur chance !

Pour ma part, je serais ravie de vous faire parvenir news, articles et reportages en direct afin de vous faire vivre ce grand moment et vous aider à retrouver vos ancêtres au Royaume-Uni!

Image result for nec

 

 

Et en « B » alternatif : une petite question : Dans votre généalogie ou vos recherches, avez vous déjà rencontré des baptêmes avec un seul parrain ou une seule marraine ? ou des « loco » ( représentants les parrains et marraines) et si oui, de quel type de baptême s’agissait-il et à quelle période ? N’hésitez pas à répondre en commentaire, cela m’intéresse, merci !