Beau succès pour la collecte d’archives aux Archives de l’État à Eupen !

« Ce samedi 25 mars 2017, de 9h à 12h, les Archives de l’État à Eupen et le musée ZVS à Saint-Vith organisaient une collecte d’archives. Un beau succès pour cette première édition qui a permis d’élargir le travail de mémoire des habitants des Cantons de l’Est ! Les Archives de l’État espèrent encore pouvoir bénéficier de nombreux dons d’archives privées de ce genre dans le futur.

Le 100ème anniversaire du début de la Grande Guerre a permis d’élargir le travail de mémoire des habitants des Cantons de l’Est, qui était jusqu’alors concentré sur la bataille des Ardennes (offensive Rundstedt), les dégâts de guerre, l’enrôlement forcé et la répression. Pour la préparation de cette journée de collecte, les Archives de l‘État avaient souligné qu’elles étaient à la recherche de documents sur les deux guerres mondiales, mais également sur la période qui les précédait et les suivait. Ce samedi 25 mars 2017, environ 50 personnes se sont donc rendus aux deux endroits de collecte : les Archives de l’État à Eupen et le musée ZVS à Saint-Vith. Certains documents ont déjà été remis avant et même après la journée de collecte.

Environ 30 personnes ont fait don de leurs documents ou les ont prêtés de façon permanente. Quelques personnes ont également déposé leurs documents le temps nécessaire pour leur numérisation. Certains visiteurs ont d’abord voulu en savoir plus sur la journée de collecte et se sont montrés très intéressés une fois leur curiosité initiale assouvie.

Une multitude de documents divers ont été remis. Il s‘agissait principalement de documents personnels tels que photos, albums, images encadrées, anciennes pièces d’identité, livrets militaires, passeport permettant de passer la frontière, brevets, dossiers notariaux de la période des deux guerres et de l’entre-deux-guerres. Ces documents se rapportaient principalement à la formation militaire et à la guerre. Parmi les pièces les plus intéressantes figurent quelques journaux de guerre de la Seconde Guerre mondiale.

Les rares documents portant sur la période suivant la guerre concernent principalement la reconstruction, et dans une bien moindre mesure l’épuration d’après-guerre. Des documents d’associations (chroniques), de la vie religieuse (documents privés d’un curé et des livres religieux) et du domaine de l’éducation ont également été récoltés. Les cahiers et livres d’école sont une mine d’informations particulièrement précieuse car ils nous permettent de comprendre les intentions alternantes des États dans leurs efforts d’assimiler les nouveaux citoyens. Certains témoignages du monde du travail permettent de comprendre comment la population locale a été intégrée dans les associations de leurs nouvelles patries, comme par exemple le Boerenbond. Les témoignages de la vie culturelle et des loisirs (livres, albums de voyage, activités diverses) constituent un apport pour l’histoire sociologique. Les sources que nous avons reçues nous permettent de jeter un nouveau regard sur la vie quotidienne dans les Cantons de l’Est au cours des décennies. Les images et autres objets de mémoire (tels que des boîtes en bois, sacs à main ou cartons) soulignent le caractère personnel du contenu et des informations qu’ils véhiculent ; ils vont maintenant être triés, évalués et inventoriés voire numérisés.

Les pièces majeures de cette journée de collecte furent sans nul doute celles issues des archives privées de Karl Weiss, homme politique socialiste certes controversé mais influent entre 1930 et 1950, c’est-à-dire la période phare de la jeune histoire des Cantons de l’Est. Entre 1919 et 1933, le parti socialiste était ouvertement révisionniste, contre l’infiltration du parti national-socialiste et décrié par les médias d’après-guerre.

Ces divers documents reflètent la société des Cantons de l’Est au 20ème siècle et sont une source précieuse pour les historiens, complétant les sources d’origine officielle conservées aux archives de l’État.

Les Archives de l’État espèrent encore pouvoir bénéficier de nombreuses dons d’archives privées de ce genre dans le futur. »

( CP Arch.be )

Nouveaux horaires d’ouverture des Archives Générales du Royaume…

…et des dépots dans les provinces à partir du 1 janvier 2017.

« Nouveaux horaires à partir du 1er janvier 2017

« De nouveaux horaires seront d’application dans les salles de lecture des Archives de l’État, sur base d’une approche différenciée en fonction des dépôts. Cette décision est due à un rétrécissement des budgets, à la baisse des effectifs et à des divergences entre certains besoins régionaux ou locaux.

La réduction des horaires d’ouverture n’entraînera pas pour autant une diminution du service public. Les jours de la semaine où la salle de lecture est fermée les Archives de l’État restent à disposition (par téléphone ou e-mail) pour faire des recherches ou répondre à des questions et l’établissement continuera bien entendu à ouvrir les archives à la recherche, à les numériser, à organiser des événements, à alimenter le moteur de recherche http://search.arch.be, etc. Les visiteurs des salles de lecture qui n’auraient plus la possibilité de mener leurs recherches suite aux nouveaux horaires sont invités à prendre contact avec le chef de service du dépôt concerné.
BRUXELLES

Archives générales du Royaume

Du mardi au vendredi : de 8h30 à 16h30.
(en juillet et en août : du mardi au vendredi, de 9h à 12h et de 13h à 16h30).
Fermé le lundi, samedi et dimanche, jours fériés et jours de récolement.

Archives générales du Royaume 2-dépôt Joseph Cuvelier

Du mardi au vendredi : de 9h à 16h30, de préférence sur rendez-vous par e-mail s’il s’agit de votre première visite.
(en juillet et en août : du mardi au vendredi, de 9h à 12h et de 13h à 16h30).
Fermé le lundi, samedi et dimanche, jours fériés et jours de récolement.

Archives de l’État à Bruxelles (Anderlecht)

Du mardi au vendredi : de 9h à 16h30
(en juillet et en août : du mardi au vendredi, de 9h à 12h et de 13h à 16h30).
Fermé le lundi, samedi et dimanche, jours fériés et jours de récolement.

Archives du Palais royal

Du mardi au vendredi, sur rendez-vous : de 9h à 12h15 et de 13h30 à 16h30.
En raison du contrôle d’accès et d’un nombre limité de places assises, un rendez-vous doit être convenu au préalable avec l’archiviste par e-mail ou par lettre. La salle de lecture des Archives du Palais royal ne dispose, par ailleurs, pas de salle de lecture numérique.
Fermé le lundi, samedi et dimanche, jours fériés et jours de récolement.

CegeSoma

Du mardi au vendredi : de 9h à 16h30.
Fermé le lundi, samedi et dimanche, jours fériés et jours de récolement.

WALLONIE

Archives de l’État à Arlon, Archives de l’État à Liège, Archives de l’État à Mons et Archives de l’État à Namur

Du mardi au vendredi : de 9h à 16h30.
(en juillet et en août : du mardi au vendredi, de 9h à 12h et de 13h à 16h30).
Le 1er samedi du mois (samedis 7 janvier, 4 février, 4 mars, 1er avril, 6 mai, 10 juin, 2 septembre, 7 octobre, 4 novembre, 2 décembre 2017) :
de 9h à 12h30 et de 13h à 16h. La consultation de documents originaux le samedi se fait uniquement sur réservation par e-mail ou par téléphone, au plus tard le vendredi à 13h.
Fermé les lundis, samedis (excepté le 1er samedi du mois), dimanches, jours fériés et jours de récolement.

Archives de l’État à Eupen, Archives de l’État à Louvain-la-Neuve, Archives de l’État à Saint-Hubert et Archives de l’État à Tournai

Du mardi au jeudi : de 9h à 16h30.
(en juillet et en août : du mardi au jeudi, de 9h à 12h et de 13h à 16h30).
Fermé les lundis, vendredis, samedis et dimanches, jours fériés et jours de récolement.

FLANDRE

Archives de l’État à Anvers-Beveren, Archives de l’État à Bruges, Archives de l’État à Gand, Archives de l’État à Hasselt et Archives de l’État à Louvain

Du mardi au vendredi : de 9h à 16h30.
(en juillet et en août : du mardi au vendredi, de 9h à 12h et de 13h à 16h30).
Fermé le lundi, samedi et dimanche, jours fériés et jours de récolement.

Archives de l’État à Courtrai

Mardi, jeudi et vendredi : de 9h à 16h30.
(en juillet et en août : mardi, jeudi et vendredi, de 9h à 12h et de 13h à 16h30).
Fermé le lundi, mercerdi, samedi et dimanche, jours fériés et jours de récolement. »

Vous voilà prévenus ! 🙂

Challenge AZ 2016 : A comme…

…. Archives !

Communales, nationales, régionales, départementales pour les Français, du Royaume pour les Belges, sur place ou en ligne. Nous leur devons beaucoup d’où ce petit hommage !

Archives Générales du Royaume (AGR) - Le dépôt principal Rue de Ruysbroeck à Bruxelles
Archives Générales du Royaume (AGR) – Le dépôt principal Rue de Ruysbroeck à Bruxelles

 

Et une petite vue intérieure d’un grand dépot à l’international :

( Centre d’Archives de Texas )

 

 

 

Un nouveau fonds d’archives photographiques aux Archives de l’Etat de Namur

« Les Archives de l’État à Namur conservent des photographies exceptionnelles de la fin du 19e siècle. Une partie de celles-ci a été numérisée et est désormais consultable dans toutes les salles de lecture numériques des Archives de l’État. Il s’agit de 1.409 clichés sur plaques de verres concernant Namur et ses environs mais également la Suisse, la Bulgarie, l’Italie, la Chine, la France, l’Égypte et l’Europe centrale.

En novembre 2013, l’asbl Archives photographiques namuroises était agréée par les Archives de l’État. En 2014, elle prenait ses quartiers dans le bâtiment des Archives de l’État à Namur. Depuis, une collaboration fructueuse s’est mise en place : organisation d’expositions, publication d’ouvrages, etc.

En dehors de cette face visible des activités de l’asbl, un travail de fond a été entrepris par les bénévoles actifs en son sein. Ceux-ci ont débuté l’identification des fonds, leur inventoriage et leur numérisation systématique. Il s’agit là d’un travail patient, parfois ingrat, mais riche en trouvailles et en enseignements sur l’histoire de la région namuroise et … de nombreux pays !

Un fonds exceptionnel

Parmi les différentes collections, les Archives photographiques namuroises conservent et valorisent un important fonds photographique de la famille namuroise Dupont. Celui-ci comporte notamment 1.409 clichés positifs sur verre réalisés par Adolphe Dupont, photographe amateur, et par d’autres photographes, probablement membres de la section namuroise de l’Association belge de Photographie, dans les années 1890 à 1900.

Ces clichés, sur plaques de verre destinées à la projection, concernent Namur et ses environs (Thon-Samson, Namèche, Marche-lez-Dame, Huy, Wépion, Gedinne, Houyet, etc.) mais ont également trait à des voyages effectués en Suisse, Bulgarie, Italie, Chine, France, Égypte et Europe centrale.

Ces plaques de verre ont été entièrement numérisées et sont dorénavant accessibles au plus grand nombre dans toutes les salles de lecture des Archives de l’État.

Le travail de numérisation se poursuit. D’autres fonds seront rendus consultables de la même manière dans les prochains mois.

En pratique

Pour préparer au mieux leur visite aux Archives de l’Etat, les personnes intéressées peuvent consulter au préalable l’inventaire du fonds de la Famille Dupont, disponible librement via le site internet http://www.arch.be. Il est également possible de commander une copie des clichés.

Les Archives de l’État à Namur se situent au Boulevard Cauchy n°41 à Namur. Les coordonnées des autres salles de lecture sont disponibles sur le site internet des Archives de l’État http://www.arch.be. »

Récolement aux AGR

du 19 au 26 Janvier, les Archives Générales du Royaume (Rue de Ruysbroeck) seront fermées pour récolement. Cette fermeture bien utile permet au personnel de vérifier les inventaires, les cotes et les classements d’archives. Ce procédé a lieu une fois par an pour une durée d’une semaine dans tous les dépots du Royaume mais heureusement, pas en même temps pour permettre au chercheur de se rabattre sur un autre dépôt ou d’organiser sa recherche.

Toutes les dates de récolement sont disponibles sur http://www.arch.be

Dépôt AGR « Cuvelier » : élargissement des horaires !

En vous rappelant qu’il est possible d’y trouver les archives relatives aux dommages de guerre ainsi que la plupart des archives judiciaires*. À partir du 1er février 2013, la salle de lecture des Archives générales du Royaume 2 – dépôt Joseph Cuvelier sera ouverte 3 jours par semaine sur rendez-vous ( agr_ar_2@arch.be) : le mardi, le mercredi et le jeudi.

* Attention,tous les fonds d’archives ne sont pas ouverts, prendre contact avec le dépôt pour vérifier !

Ascenseurs réparés en Anderlecht

Je reprend ici la nouvelle du site des AGR :

« Documents d’archives à nouveau consultables aux Archives de l’État à Anderlecht
Bonne nouvelle ! Dès ce mardi 10 avril, vous pourrez à nouveau consulter les documents d’archives dans la salle de lecture des Archives de l’État à Bruxelles (Anderlecht). L’ascenseur qui donne accès à quelque 12 kilomètres d’archives est en effet réparé ! Vous pouvez également y consulter la collection de microfilms, quelque 22.000 registres paroissiaux numérisés ainsi que les registres d’état civil du Brabant wallon numérisés.  » ca va faire des heureux. des heureux et des soulagés !

Archives de l’Etat à Anderlecht (travaux)

Je reprend ici texto ce qu’on peut trouver sur le site des Archives Générales du Royaume :

« Depuis juin 2011, les ascenseurs des Archives de l’État à Anderlecht tombent continuellement en panne en raison d’eaux souterraines montantes. La Régie des Bâtiments ne parvient actuellement pas à résoudre ce problème.
Longtemps, le personnel du dépôt a fait d’immenses efforts pour aller chercher via les escaliers les documents demandés en consultation. Pour des raisons logistiques, cette situation est malheureusement devenue intenable.
À partir du mardi 6 mars 2012, les documents d’archives ne seront temporairement plus mis à disposition des lecteurs pour la consultation.
La salle de lecture reste ouverte au public et la lecture des documents déjà donnés en consultation reste possible. La collection de microfilms et la salle de lecture numérique sont également accessibles.  »

Pour rappel, sont consultables par ce biais les archives notariales,les greffes scabinaux du Brabant,les archives du Conseil du Brabant et bien d’autres trésors encore. Pour patienter, nous avons toujours les microfilms de l’Etat Civil et des Registres Paroissiaux à disposition. Ceci lance un débat très intéressant sur les moyens accordés aux Archives,et notamment ceux pour entretenir les infrastructures, nous y reviendrons c’est certain !