FindMyPast and LivingDNA announce partnership!

for a surprising news…that’s a surprising news ! 🙂

FindMyPast and LivingDNA has announced that they join forces on the dna field! They communicated as such :

  The two leading British companies are creating a new DNA experience focused on uncovering British & Irish roots

  • New service will be launched in autumn 2018
  • Living DNA tests now available at Findmypast

Thursday July 19th 2018: Leading British and Irish family history website, Findmypast, has today announced a new partnership with the providers of the world’s most advanced DNA test,Living DNA.

Together, the two British companies are creating a new DNA experience that is designed to help customers explore their British and Irish roots. This new experience will combine cutting-edge science with traditional family history research methods, allowing families to discover more about their past and present.

Living DNA’s tests provide a unique breakdown of ethnic identities associated with 21 regions across Britain and Ireland by analysing unique combinations of linked DNA. This proprietary method delivers a level of detail that is currently unmatched by any other test available on the market.

By combining technology from the leading British DNA company with deep expertise and Findmypast’s vast collection of more 9 billion historical records and newspaper articles, family historian’s will be able to make new discoveries about their British & Irish genetic history.

Living DNA testing kits are now available to purchase at findmypast.co.uk/ancestry-dna-testing/ and co-branded kits will be launched when the new integrated Findmypast and Living DNA service is introduced later in the year.

“Our partnership with Findmypast continues Living DNA’s mission to make DNA testing simple. We are passionate at not only providing cutting edge ways of looking at your DNA but to do so with strict privacy measures by  never selling your data. This partnership allows the most precise DNA test on the market to work together with Findmypast’s family history records in a way not done before” says Living DNA Co-Founder, David Nicholson.

Tamsin Todd, CEO of Findmypast, said: “As the world leader for British and Irish records, we work hard every day to help our customers feel the thrill of making discoveries about their families. I’m delighted that we are partnering with a British company, Living DNA, who are pioneers in DNA technology, and look forward to combining our expertise in DNA technology and historical records to help people around the world connect with their British and Irish roots.”

If you wish to find out more about Findmypast great collections, you can find them here !

If you wish to find out about Living DNA, here’s the way!

Image result for findmypast

 

Bonne journée Internationale de l’ADN !

Il y a bien sûr des questions à se poser. Faire un test ADN n’est pas anodin.

Mais il y a également la curiosité et la joie de connaître ses origines biologiques et la possibilité de voir si des correspondances existent avec d’autres personnes, connues ou non.

Rappelons que le patrimoine génétique n’est forcément le même, même entre membres d’une même famille. Si nous héritons de 50% de l’ADN de chacun de nos parents, ces 50% ne seront pas forcément les mêmes d’un enfant à l’autre. Quand on passe à la génération supérieure,on est déjà à 25% et ainsi de suite. Le patrimoine génétique peut ainsi être vite dilué à travers le temps.

Bien sûr, les résultats ne sont pas, en nombre, comparable aux résultats des Etats-Unis. Tout simplement parceque le nombre de tests effectués n’est aucunement comparable. Des millions de tests se font chaque année parfois avec un brin d’étonnement tant l’engouement est grand dans ces contrées pour une discipline qui ne doit toutefois pas être effectuée à la légère, les résultats pouvant reveler des informations sensibles.

Un test doit donc se faire en toute connaissance de cause et avec la compagnie qui aura votre préférence. Et surtout, elle doit être le complémentaire de vos recherches généalogiques classiques. Car, c’est en cherchant dans les archives que vous trouverez des informations (noms-dates-lieux) qui feront progresser votre recherche tandis qu’à l’autre bout de la chaine, les informations sur la répartition géographique de vos origines par exemple, et les similitudes dans celles-ci partagées par d’autres membres de la plate-forme.

Certaines compagnies proposent un « navigateur de chromosomes » pour travailler vos résultats par comparaison avec les autres, d’autres proposent de pouvoir télécharger les données brutes ( attention, vos données une fois téléchargées ne sont plus protégées par le site et il sera de votre responsabilité de les proteger, par exemple en les mettant sur une clé sécurisée). afin de pouvoir utiliser des sites de comparaisons de données comme gedmatch.com .

 

 

 

 

 

 

 

Le livre, nouvellement sorti chez Archives Et Culture, de Nathalie Jovanovic-Floricourt vous permettra de faire vos premiers pas en généalogie génétique, d’en connaitre toutes les subtilités, les utilités encore débutantes et surtout de vous sentir moins perdus et ce d’une façon pédagogique et claire. En le lisant, et sans m’en prétendre experte ( Je suis historienne, pas biologiste 😉 , j’ai essayé de me mettre dans la peau d’un(e) néophyte et j’ai trouvé le texte non seulement agréable mais instructif.

Image result for adn un outil genealogique

 

On appelle « Big Five » ,les cinq plus grandes compagnies de généalogie génétique. Les voici mais le mieux est d’aller faire un tour sur leur site pour voir ce qu’elles proposent ( Test autosomal, Test Mytochondrial, Test Y pour les hommes uniquement avec différents nombres de marqueurs possible)  avant de vous décider à vous lancer dans cette aventure !

 

 

Deux soeurs séparées se retrouvent !

Tonny en Australie et Janny aux Pays-Bas ne savaient pas qu’elles avaient un papa en commun. C’est un hasard extraordinaire et l’aide de la généalogique génétique (et de MyHeritageDNA ) qui a fait qu’elles se sont retrouvées et qu’elles ont fait de la place dans le coeur de chacune pour l’autre.

Une histoire extraordinaire que je vous propose de voir ici :

Vive RootsTech !

RootsTech, C’est une fête, une réflexion, une réunion de famille. La grande famille des généalogistes et de celles et ceux qui aimeraient le devenir. Des rencontres, des apprentissages et des  mises en communs d’expériences personnelles et professionnelles. Des rencontres, des conférences, des ateliers, des labos, un hall d’expo avec des stands et des rencontres, formelles ou informelles en marge du salon.

Le tout dans une foule impressionnante réunie dans un centre de conférences qui ne l’est pas moins.

Mais RootsTech, c’est bien plus que ca !

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais c’est quoi une journée à RootsTech ?

Le matin commence tôt, très tot meme parfois si on est invité(e)s aux petits dejeuners thématiques organisés par le staff ou par des compagnies généalogiques en particulier. Vient ensuite le vrai début de la journée : Rejoindre les participants, d’une journée ou d’une semaine, dans la plus grande salle du centre de conférences. Un Maître de cérémonie chauffe la salle : C’est qu’il s’agit d’être en forme pour la keynote du matin. La keynote ? Ce grand moment de communion qui suit un scénario millimétré et bien particulier dans une salle surbondée de 10.000 personnes réunies pour entendre un(e) invité(e) partager son histoire de famille. Le tout sous le patronage quotidien d’une des grandes boites : MyHeritage, Ancestry, FindMyPast

C’est également l’occasion pour elles de venir présenter nouveautés et scoops. Comme pour cette année, le projet pro bono DNA QUEST lancé par MyHeritage et qui permettra à des enfants américains adoptés de partir à la découverte de leurs racines ou pour les nouveaux registres catholiques mis à disposition par FindMyPast. L’occasion est bonne : tout le monde est réuni et c’est l’occasion de s’intéresser aux activités de telle ou telle compagnie.

Au menu, cette année : Scott Hamilton, Brandon Stanton, Natalia Lafourcade (aux racines bordelaises !) et le Prof. Henry Louis Gates Junior ! Les histoires défilent…et ne se ressemblent pas du tout. De l’émotion d’avoir été adopté, de s’etre construit une famille et d’adopter à son tour de Scott Hamilton, à la success story de Brandon Stanton qui de « zero » like sur Facebook a réussi à en réunir des milliers par son sens de l’écoute, de l’empathie et de la photo bien fait en passant par Henry Louis Gates Junior qui voulait tellement faire connaitre l’histoire de sa propre famille et vérifier ce qui était dit au sujet de son grand-père qu’il a lancé des projets d’envergures pour valoriser les histoires de familles de célébrités afro-américaines d’abord,puis de l’Amérique entière, et maintenant soutient les initiatives visant à intéresser les jeunes à la généalogie génétique. Toutes ces histoires sont passionnantes et le moment de partage entre les invités et le public est bien réel.

Il faut que je vous dise un mot du maître de cérémonie, Jason Hewlett. Ce monsieur revient chaque année et il est, il faut le dire, très drôle avec ses mimiques et ses imitations.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De belles rencontres, un monde fou. Une sensation qu’on aura jamais le temps de gouter à tous les mets succulents que le buffet propose mais que c’est un grand honneur de participer à ce buffet, de discuter avec les petits et grands convives, de se balader à travers les plats, de se dire que cette recette là marcherait du tonnerre à la maison, que l’autre pas ou que cette dernière est exactement ce qu’il faut pour un contact ou un client.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais que la foule ne vous effraie pas, il y a toujours moyen de se trouver un petit coin,une conférence moins suivie ou de s’isoler dans un couloir pour respirer un coup. Et puis, il faut dire que c’est TRES tres chouette de voir tant d’engouement pour la généalogie et l’histoire des familles.

Des conférences : Sur tous les thèmes, les périodes, les sujets. De la conservation des documents familiaux sur des clouds ( coucou Dan Earl ! ) aux archives de la guerre civile américaine en passant par les archives allemandes, les ressources françaises ( coucou Pierre ! ) ,les transcriptions et traductions ( coucou Thomas!)  les archives allemandes et surtout surtout cette année la généalogie génétique.

Pas de photos des conférences ici : pour éviter le pillage intellectuel, les conférenciers sont nombreux à interdire prises de vues de leurs cours. Il est vrai que l’impolitesse de certains amenaient certaines conférences à devenir des champs de smartphones, et ce sans aucune autorisations ni demandes, il fallait donc sévir; Certains permettent néanmoins de photographier certaines données ou liens, histoire de ne pas avoir à les recopier, ou encore donnent leurs coordonnées pour pouvoir envoyer les ressources par la suite.

Ces derniers temps, la généalogie génétique est omniprésente au salon, dans les longues files pour obtenir les précieux kits ADN ou dans les conférences à ce sujet qui affichent toutes complets, tant est le besoin d’en savoir plus à ce sujet. Cette matière amène également des grands questionnements. La question de la protection de la vie privée n’est pas loin, ni celle d’ailleurs du GDPR abordé avec grande vigileance et talent par Judy Russell dont les analyses et les commentaires sont toujours intéressants et très pertinents.

Et puis l’Expo Hall, son inimitable parfum sucré impossible à décrire, les files devant les stands, le bonheur des enfants lors de la journée des familles, les compagnies qui rivalisent d’imagination pour les stands et les multiples possibilités qui s’offrent aux visiteurs : tant dans les rencontres formelles avec les commerciaux (Il faut bien appeler un chat un chat…) que dans les liens qui se tissent entre visiteurs. FamilySearch a eu cette brilliante idée de mettre une app à disposition qui permettait de lier les cousins présents à RootsTech et ainsi de se découvrir plein de nouveaux cousinages et branches ! On était en plein dans le « Connect/Belong » !

Mais pour en revenir aux stands : Les français étaient une nouvelle fois bien représentés : Geneanet, Heredis, Famicity et Patronomia ! Il y a de plus en plus de compagnies européennes, principalement francophones, et c’est un grand plus pour le salon mais il y a aussi des chinois, des africains, une association de promotion des « native american », the world is RootsTech !

 

 

 

 

 

 

 

 

Et Filae venus en visiteurs. Tous ceux là nous ont fait le plaisir de se plier au jeu de l »interview , vous en etendrez parler très bientôt ici même.

Et puis les rencontres. Retrouvailles ou découvertes. Echanges entre blogueurs, développeurs, généalogistes et historiens. Le traditionnel diner des francophones ( Je crois qu’il faudra bientôt louer tout le resto ! ) et l’accueil formidable des amis sur place qui nous font sentir comme à la maison.*

 

 

 

 

 

(Avec Amy Archibald du staff d’organisation)

Le soir est consacré aux réunions entre amis et aux événements sociaux mais jamais bien tard tant les journées sont longues et tant aussi est grande l’envie de se lancer dans de nouvelles recherches, inspirées par les apprentissages et échanges du jour.

RootsTech passe trop vite. Beaucoup trop vite, les rencontres s’enchainent,les rendez-vous aussi, quelques conférences triées sur le volet car on ne sait assister à tout et voici déjà le moment de quitter le Salt Lake Palace et de rentrer non sans oublier le passage obligé à la Bibliothèque de Généalogie. Mais on en sort boosté par tant d’énérgie, de motivation, d’interet pour ce sujet qui nous passionne tant.

Preuve en est que RootsTech, c’est un enrichissement personnel beaucoup plus fort que juste un congrés ou une foire des acteurs du marché.

C’est un esprit qui,j’espère, j’en suis sûre, va durer encore longtemps !

Une soirée culturelle cloture en général la convention. L’an passé, c’était l’Afrique qui était à l’honneur. Cette année, c’est le Mexique qui a été célébré avec forces Mariachis, Tifo dans l’orchestre et belles robes de circonstances. La performance est à revoir ici. 

Un énorme BRAVO à FamilySearch de rendre tout ceci possible, aux équipes (Trop nombreuses pour toutes etre citées mais Jen, Anne, Tyler, Amy, Edgar…, tous les techniciens, equipes logistiques, volontaires pour tenir les conferences/scanner les badges, personnel du centre de conférence, catering, artistes, invités généalogistes ou non, exposants, invités, participants du monde entier, merci de faire de RootsTech cette belle réussite ! )

Vive RootsTech !

See you next year !!

 

 

 

 

 

 

ps : En attendant, on peut revoir différentes conférences ici ( Et ca,c’est chouette !)

 

  • En parlant de la maison,j’ai vraiment adoré mon Hotel où je me suis sentie comme chez moi…les archives concernant le batiment en + ! Les gens d’SLC m’ont dit qu’il était hanté mais je crois que le fantôme ( « Moaning Molly » 😉 ) a eu peur de rencontrer une généalogiste qui lui aurait posé des questions 😉

MyHeritage dans « Science » !!

Les journaux académiques sont parfois obscurs pour les généalogistes, sauf évidemment…. si votre ancêtre était un grand scientifique !

Le Docteur Yanis Erlich de l’équipe scientifique de MyHeritage vient de publier, avec un collectif, un article mentionnant des découvertes qui feront date en ce qui concerne l’analyse des mariages et des migrations en Europe et en Amérique du Nord dans les siécles derniers et le lien avec  les gênes de longévité. Cette étude a été conduite avec Columbia University, NY Genome Center, le MIT et Harvard. ( Vous pouvez dire « WOW! »)

Croyez-moi, être publié dans Science est une trés trés grande et bonne nouvelle!

Découvrez leurs travaux (en résumé) dans la vidéo ci-dessous :

https://blog.myheritage.com/2018/03/myheritage-science-teams-research-featured-in-the-prestigious-journal-science/

Bravo MyHeritage!

Yaniv.jpg

Plein de belles choses chez MyHeritage!

Et pour commencer : LA super nouvelle attendue de tous : Il est désormais possible de contacter les « matches » ( Les correspondances) de vos résultats ADN chez MyHeritageDNA sans devoir souscrire à un abonnement !

C’est une très bonne nouvelle car nombreux étaient ceux qui n’osaient se lancer, de peur d’être bloqués dans leurs démarches et de ne pouvoir contacter des cousin(e)s, cela ouvre également des possibilités de comparaison et des nouvelles perspectives de recherche.

La deuxième, c’est que MyHeritage DNA a mis en ligne un webinar gratuit pour vous aider à mieux comprendre les arcanes du monde généalogique génétique. L’accès se fait ici

Bien entendu, on ne rappelera jamais assez que :

  • Il sera bien plus intéressant d’avoir son arbre généalogique déjà bien entamé pour comparer à vos données génétiques.
  • Il est essentiel de tester des personnes adultes et consentantes. Tout le monde n’a pas envie d’etre testé et c’est à prendre en considération tout comme le fait qu’il vous faudra parfois de la patience pour avoir des résultats probants, bien que les bases de données augmentent à une vitesse fulgurante ces derniers temps, pour le plus grand bonheur de tous !

D’autres webinars seront disponibles : Le 13 février 2018 à 2:00 PM EST: Have Nordic Ancestors? Count Yourself Lucky – vous permettra d’approcher les sources pour rechercher les ancêtres venus de Norvège, Suède,, Danemark et Finlande et les inscriptions se font ici

tandis que le 21 février 2018, à 2:00 PM EST, on parlera histoire orale avec Tribal Quest: A special project to document the family histories of tribal people. , projet pro bono pour documenter et se renseigner sur les généalogies et histoires orales des communautés tribales qui sont menaçées d’une extinction culturelle ( J’en profite pour dire que j’ai passé un merveilleux moment au Musée de l’Homme de Paris récemment et qu’il a presque fallu m’arracher à la table numérique consacrée à la généalogie et la petite conférence improvisée sur les implexes 🙂 )

Ce séminaire qui promet d’être passionnant sera animé par Golan Levi et les inscriptions se font ici. 

Alors, n’hésitez plus !

Commandez dés à présent un test autosomal ici et partez à la découverte de vos cousins biologiques 🙂

Image result for my heritage

Déjà testé ailleurs ? Vous pouvez également télécharger vos résultats sur MyHeritageDNA et comparer avec les matches de leur base de donnée.

ps : Les personnes déjà en commande, je vous écris dans la semaine, y’a du nouveau et du positif! Merci de votre patience pour ces soucis administratifs indépendant de ma volonté et qui ne devraient plus arriver à l’avenir.

NB : Comme . Ce post fait partie d’un partenariat avec MyHeritageDNA. Pour les lecteurs/trices, cela ne change rien. L’éventuelle commission perçue permet de financer des articles faisant gracieusement la promotion d’évenements ou de publications généalogiques. Tout le monde est gagnant ! 🙂

Challenge AZ 2017 : A comme ADN ! / Living DNA Experience

C’est parti pour LE challenge de l’année pour les généalogistes blogueurs !

Pour bien commencer ce challenge, petit focus sur l’ADN. Non seulement parceque c’est là que notre humanité commence et pour la première lettre de l’alphabet mais également pour se pencher sur cette nouvelle façon de faire de la généalogie.

l’Acide désoxyribonucléique, ADN de son petit nom 😉

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On entend souvent des hauts cris d’atteinte à la vie privée et de manque de clareté de la part des compagnies proposant ces différents tests permettant peut-être de trouver des « matches » , des correspondances avec des personnes partageant un petit ou un moins petit patrimoine génétique avec vous!

Qu’en penser ? Est un grand progrés dans l’histoire des familles, tranchant radicalement avec la manière de faire de la généalogie à l’ancienne ou un gros effet de mode ?

Ni l’un ni l’autre en fait. La vérité doit se situer entre les deux. A savoir qu’il convient de savoir ce que l’on achète et de lire les petites lignes mais sans se départir de la curiosité de résultats analysant votre genome. Il est possible de participer à la grande aventure de la généalogique biologique sans se départir d’une certaine critique qui ne doit pas vous quitter, même pour des sources différentes de votre travail papier.

Je dois avouer avoir été trés (TRES) sceptique il y a quelques années au sujet de cette nouvelle manière de faire de la généalogie. Pour moi, c’était des recherches papiers, et rien d’autre ! Mais après avoir suivi des cours et des conférences sur le sujet et lu plusieurs ouvrages, je trouve à la démarche un caractère indéniable pour autant qu’on prenne le processus pour ce qu’il est et pas pour ce qu’il n’est pas ( un outil magique permettant de retrouver d’office des cousins biologiques).  C’est donc avec enthousiasme que je m’intéresse aux différentes boites généalogiques fournisseuses de tests et d’analyses. Aujourd’hui, c’est au tour de Living DNA !

Mais concrètement,  comment procéder ?

Avant de passer commande, il convient de choisir son test.

Il en existe trois sortes de base :

  • Autosomal ( qui va moins loin dans le temps mais qui vous permet de trouver des cousins biologiques éventuels jusqu’à 5 générations, et ce des deux cotés (paternel et maternel) MAIS sans affirmation de l’un ou l’autre coté. Vous devez donc vous même procéder à des analyses approfondies de vos résultats en les croisant avec d’autres afin de déterminer la possibilité de tel ou tel « match » (correspondance) d’appartenir à l’ascendance maternelle ou paternelle)
  • Patrilinéaire ( Vous donne votre appartenance à un haplogroupe, un groupe humain biologique précis et vous permet d’avoir des bases pour en apprendre plus sur l’évolution de cet haplogroupe au fil des siècles, voire de vous trouver des cousins biologiques, proches ou moins proches, en « jouant » sur les patronymes éventuels, les localités etc. )
  • Matrilinéaire ( Même chose, mais pour une ascendance du coté des femmes 😉 )

Evidemment si vous etes une femme, vous ne pourrez faire que le test MtDNA et l’autosomal tandis que ces messieurs peuvent faire les trois tests.  Les femmes doivent donc trouver leur père, leur oncle, un frere,un cousin du coté du père etc. pour découvrir leur ascendance Y. Les fils ne comptent pas vu que seul le père transmet l’ADN Y aux garçons.

Une fois votre test choisi en ligne sur le site qu’il vous plaira, vous allez recevoir un petit « kit » de test ADN composé d’un petit batonnet à frotter dans votre bouche en suivant les instructions (souvent en anglais) et à remettre précautionneusement dans le tube adéquat. Il suffit alors de renvoyer le tout au labo et d’avoir un peu de patience pour les resultats qui tomberont dans votre boite mail dans une période de quelques semaines à parfois quelques mois quand les compagnies reçoivent beaucoup de commandes. Simple non? 🙂

Une fois logué sur le site choisi, vous aurez accès à vos résultats, à la base de données communes avec les autres utilisateurs du site, la possibilité de télécharger vos données ADN brutes pour éventuellement les croiser avec un autre site, d’analyser des cartes de répartition de génome dans le monde etc. etc. , des heures de fun et de curiosité même si bien évidemment, répétons le, ce n’est pas un outil miracle pour résoudre vos questions généalogique.

Alors, prêt à tenter l’expérience ? *

 

 

  • Je reste à votre disposition pour toute question, demande etc.

Petite surprise pour célébrer le début de ce chouette challenge : Un test ADN en live sur Facebook et avec la complicité de LivingDNA, histoire de vous montrer à quoi ca ressemble et d’en discuter ensemble! A revoir ici :

0( La connexion dans mon coin n’est pas tres bonne,il y a donc plusieurs videos sur mon facebook même 😉 , n’hésitez pas à y faire un tour! )

Taking a DNA test : The big adventure!

Yes, it’s a commercial company so yes, its main purpose is to gain benefits from its sales. Yes, there’s handling of biological material so it’s totally normal to ask questions and claim answers about how your personal data and biological material is going to be handle, the safety procedure and what’s there to do about it, but still.this is a way to have informations on your biological history.

It took a long time thinking about it, I guess maybe this is linked to ideas we may have, but I told myself « Hey! You only live once! Why don’t you try it? » so I went for it and the least I can say is that I was quite surprised by the results! Now, how did it all happened?

I first ordered a Family Tracer kit , this doesn’t trace biological ancestors on, say, a vertical line but analyze your common genomes with people up to five generations both male and female on an horizontal line.

This allows you to find close relatives, lost cousins or persons you suspected to be family members but who were separated from you with life events. Once the order is set, you have to wait a little and after several days, a nice little testing pack comes in your mailbox. Just make sure you exactly follow the instructions provided,  take your time in a nice and quiet settings ( after the kids have gone to bed for instance) to swab the small sticks in your inner cheeks several time ( no pain at all! )and just insert it the right way into the small tube that comes with the pack and instructions. I advise you to copy your order number as it will be very useful to log onsite afterwards 🙂

also for the sending back where if sent from Europe, sending as a parcel is highly recommanded!

Then you have to wait, several weeks in my case but if you’re in the US I guess it goes quicker

The results came in my mailbox pretty handily but the big question was how to interpret them ? This can be a bit puzzling when you don’t have a so-called hard sciences background. However, I could make out the results and consult the database to connect with biological cousins which was great to do!

 

I then ordered a MtDNA test which would give me informations on my maternal line , MtDNA my mother’s mother’s mother’s mother female ancestors and hundreds, if not thousands of before them. The ritual was exactly the same as with the first order, only the analysis, only the results, would be different.

When they arrived, I had the surprise to discover that my MtDNA haplogroup was J ! J,is a group that came to Europe via the middle east and developed in western europe over the time 20.000 years ago. Not the first group, it’s not ultra rare either. With maternal lines in England ,that was surprising to learn about mediterranean roots, even if we all come from Africa at some point, but very interesting too. If that anglo-saxon bit was of course known until the point of not having documented sources at some point, I didn »t know I had a small percentage of presence of the group in Turkey.

I also have access to a migration map which shows the direction taken by the group which was interesting to see and the level of presence of each group on each continent.  Now, what I really liked but for mylevel of knowledge found a bit puzzling was the possibility to check which chromosoms you share with who. Knowing that I share a segment of A to B chromosom with say, John Smith is a quite interesting but mysterious information at the time and I’m longin to discover more about that as my DNA knowledge broadens.

I  have also the possibilty to join projects who gathers FamilyTreeDNA members around an haplogroup, a theme, a surname, a region. I find those exchanges really interesting especially when you are looking for common branches and this brings me to what I love best is finding new « cousins » ! Yes, it’s a bit puzzling at first, we know we are biologically related at some point, and the range goes from 3 generations (where you can still identify in sources even roughly sometimes where people came from  to « distant relative » . I have found « cousins »in the US and they too don’t know where we are related which adds to « family » mysteries but is great great fun!

The degree of connection is also shown in the database which enables you to focus on certain surnames, period, centuries and try to narrow the link as much as possible.

I wish I could do it for my paternal line as well but since my dear father passed away years ago I have to convince an uncle or wait for my son to be older to proceed if he wants to!

Regularly, I’ve got updates and a message coming into my mailbox telling me about a new match for me! It’s everytime great fun to discover who that person is, to send a little message to say « hi » and exchange families stories.

Now, is it worth it ? Yes!

Is it great fun ? Yes!

Is it interesting ? Yes!

but it’s also a totally different thing to what we family historians are used to and yes of course it’s important to keep the privacy/commercial question in mind when proceeding. But it doesn’t mean that you have to give up the idea of doing the tests! Read about it, talk to fellow tested persons, share your thoughts and feelings and then make yourself an idea of what is good for you to do! I’d do DNA tests again if I have the opportunity as I find it a nice way to find more about my past, in a way that is not (or not really) possible on documented-sources evidences.