Les fêtes ? Une occasion en or!

Les fêtes sont l’occasion de se retrouver en famille et de collecter les souvenirs, les histoires et les documents qui vous permettront d’avancer dans vos recherches ! Pour mener à bien ce précieux interrogatoire, il pourrait etre utile de se doter de :

  • Un enregistreur
  • Un bloc-note et son crayon
  • Des feuilles notes spécialement dédiées pour les recherches généalogiques, voire votre ordinateur si vous avez des fichiers spécifiques pour collecter les renseignements. Attention, notez bien tout ce que l’on vous raconte mais n’oubliez pas non plus que toute information (lieu, date, nom…) doit etre vérifié par des sources certifiées 😉

et d’avoir prévu un temps au calme en avance avec les personnes que vous aimeriez interroger. Ceci vous permettra aussi de demander aux membres de votre famille d’apporter des copies de documents, des photos et de passer un chouette moment à travailler votre mémoire commune.

En vous souhaitant de tres belles fêtes!

christmas tree noel

Salon d’histoire et de généalogie aux Archives de l’Etat à Namur!

Ce week end verra les Archives de l’Etat à Namur organiser un salon de généalogie et d’histoire. Plusieurs associations seront présentes pour expliquer, faire découvrir et vous aider à grimper à l’arbre de vos ancêtres !

Des conférences seront également au programme pour vous permettre de partir sur de bonnes bases et d’effectuer vos recherches dans les bonnes conditions ! Ce rendez-vous est lancé dans le cadre des rencontres généalogiques que les Archives de l’Etat ont décidé de lancer régulièrement.

Je serais pour ma part à Poitiers pour le Congrés de la Fédération Française de Généalogie mais Géniwal y sera, pour vous guider et tout vous dire sur Généatica 2016 qui se tiendra les 20 et 21 fevrier 2016 donc à Wavre 😉

Plus d’infos sur http://www.arch.be

Bruxelles : Les journées du Patrimoine 2015 sont là !

Ce sont les journées du Patrimoine ce week end à Bruxelles, de même que la journée sans voitures, dimanche. Sous le thème  » Ateliers, usines et bureaux », plusieurs rendez-vous à ne pas rater : visites, promenades et ateliers sont organisés tous le long du week end mais pour les généalogistes, j’ai choisi trois endroits qui sont essentiels dans les recherches :

Le premier est le Dépot des archives de l’Etat-Cuvelier. Ce dépot situé en plein coeur de la ville, Rue du Houblon, préserve et inventorie les archives contemporaines principalement de justice, des dommages de guerre, du Congo et d’entreprises privées. Ce dépot est abrité dans l’ancien batiment des papeteries générales belges – Éditions Haseldonckx & Cie       La construction du batiment date de 1912.

Le second, c’est le CEGESOMA ( Centre d’Etudes Guerres et Société) ainsi que le service Victimes de Guerre de la Direction Générales dont les bureaux sont situés Square de l’aviation à Anderlecht dans un batiment Art Nouveau absolument extraordinaire. Le CEGESOMA protège et fait connaitre des collections les plus interessantes les unes que les autres sur les deux guerres, les périodes menant à celles-ci et les dossiers personnels des civils victimes de ces guerres. Il est à noter que le CEGESOMA s’occupe également d’une importante collection d’images et de son, de même que de l’organisation réguliére de conférences, activités et séminaires dont l’agenda se retrouve sur son site http//:www.cegesoma.be

(Vue de l’intérieur du CEGESOMA)

Le troisième, et l’ordre n’a aucune espèce d’importance, ce sont les Archives de la Ville de Bruxelles ( dont j’ai déjà évoqué l’importance ici et ) .   Situées Rue des Tanneurs, dans le quartier populaire des Marolles et plus précisèement dans les anciens magasins  , les archives de la ville installées dans les anciens magasins Waucquez (manufacture de tissus) vous permettent d’en apprendre plus sur la capitale belge, son évolution, son urbanisme mais surtout ses habitants à travers notamment la collection des registres de population ouvert gratuitement à consultation jusqu’en 1920 !

Si vous pensez que vos ancêtres sont passé par Bruxelles, c’est le lieu qu’il faut impérativement visiter ! Plus d’informations sur http://www.bruxelles.be/artdet.cfm/4445

Petite précision d’importance, ce week-end, les visites seront consacrées aux batiments et à leur présentation mais les collections ne seront pas directement consultables. Par contre, c’est un excellent moyen de faire connaissance avec le fonctionnement de ces institutions pour s’y rendre par après !

Bonnes visites !

http://visitbrussels.be/bitc/BE_fr/journees-du-patrimoine.do

Bonne Rentrée !

Histoires de Familles vous souhaite une belle rentrée 2015 !

Si dans votre histoire familiale, vous rencontrez des instituteurs/trices, n’oubliez pas de consulter, principalement aux Archives de l’Etat mais aussi dans les Evéchés, les archives de l’institution dont ils/elles dépendaient : commune, Eglise etc. , tout ceci peut vous donner des informations bien utiles sur leur date d’entrée en fonction, leur départ, les éventuels compléments d’informations liés à leur dossier ( prime, blâme…). Une recherche sur l’histoire du batiment scolaire, voire la découverte d’une illustration montrant les locaux, vous donnera aussi une idée de l’ambiance dans laquelle travaillait vos ancêtres. Le batiment existe encore ? cela donne un bon but de promenade. De même, il est intéressant de se pencher sur les « guerres scolaires »  et la place que l’institution, voire votre ancêtre, a pris dans ces forts différents politiques et philosophiques. La presse peut vous en apprendre plus sur ces moments importants de l’histoire de Belgique.

Enfin, n’oubliez pas non plus que dés que l’école a été obligatoire, vos ancêtres ont aussi été des élèves. Les informations concernant l’orientation scolaire peuvent vous donner des indications sur une future vie professionnelle, et si votre ancêtre a fait l’Université, les matricules d’inscription pourront vous aider à en apprendre plus à leur sujet. Toutes les universités du pays possédent en effet des archives qui pourront vous en dire plus sur le parcours du membre de votre famille, ainsi que sur le contexte dans lequel celui-ci, ou celle-ci, les femmes n’ont eu que timidement accès aux études supérieures à partir de X.

Des photos de classe, dés que la photographie a été répandue,peuvent également raconter une histoire, surtout depuis le temps,plutot récent, de la mixité des classes 😉

N’hésitez pas à me contacter pour en savoir plus sur l’histoire de nos écoles et de celles/ceux qui l’ont fréquentées !

Belle rentrée !

Waterloo 2015 : Nés sur un champ de bataille!

Waterloo est, en 1815, un champ de bataille qui voit s’affronter les troupes napoléoniennes à l’armée alliée. Des femmes, parfois des enfants, accompagnent les troupes.  Moins les femmes d’officiers, qui restent sur Bruxelles attendant dans l’angoisse des nouvelles que des cantinieres ou tout simplement des épouses, autorisées à suivre et à s’installer à distance du champ de bataille. Parmi elles, des femmes, enceintes, qui accoucheront dans les heures qui suivront la bataille. Si le cas d’Isabella Fleura Waterloo Deacon est bien connu car elle a reçu au baptême le nom de la bataille en héritage malgré que sa naissance n’aie pas été enregistrée à Waterloo mais bien au Sri Lanka, on sait moins par exemple qu’un Georges Miller nait « sur les plaines de Waterloo »  comme en témoigne ces informations retrouvées dans les recensements britanniques à son sujet :

(c) Ancestry
(c) Ancestry

Ann Kirby, vivant en 1861 dans le Middlesex est également signalée comme née à « Belgium, Waterloo » en 1815. D’autres enfants, ne sont pas nés à Waterloo ni même en Belgique mais leurs parents ont jugé bon de rendre hommage à la bataille en leur donnant ce prénom. Nous avons ainsi un Waterloo Hatton né dans le Worcestershire ou une Sophia Waterloo Mills née dans le Middlesex….

A noter qu’il n’y a pas que des enfants baptisés Waterloo ou nés sur le champ de bataille au moment de celle-ci, la bataille de Waterloo a  également donné son nom à 124 endroits à travers le globe. En Sierra Leone par exemple ou au Quebec!

Eglise Saint Luke à Waterloo, Quebec

(c) Ancestry
(c) Ancestry

Challenge AZ : P comme Prussiens

J’aurais pu écrire « Pas le temps » en ces temps de commémoration waterloo-esque mais j’ai préféré rester dans le thème de la semaine alors je rajouterais juste qu’un bout de territoire actuellement belge fut « prussien » ce qui donne parfois des actes mentionnant ‘né en Prusse’ . J’essayerais d’éditer le post avec un exemple concret de cette particularité. En attendant, voilà le portrait du Maréchal Blücher qui mena l’attaque finale à Waterloo sans penser que, cent ans plus tard, un renversement d’alliances allait causer beaucoup plus de morts…

Gebhard Leberecht von Blücher.G .L. Von Blücher (1742-1819)

Challenge AZ : N comme Namur

Et pas seulement parce qu’on retrouve dans mon arbre un enfant trouvé (et oui,encore un!) abandonné sur les marches de l’Eglise Saint Jean Baptiste au plein coeur de la ville,et probablement amené à l’Hospice Saint Gilles, institution transformée depuis 1985 en lieu de réunion du Parlement Wallon. La capitale de la Région Wallonne gagne à être mieux connue. Pour la fréquenter réguliérement depuis 20 ans, Namur est un petit bijou qui ignore parfois sa valeur ou parfois ne l’ignore pas mais pêche par timidité (ou manque de budget?).

Sa citadelle qui organise pour l’instant un spectacle sur l’après-bataille de Waterloo ,« Waterloo : Le jour d’après », son « Grognon » au confluent de la Sambre et de la Meuse qui accueille chaque 21 juillet un énorme marché aux puces, ses mascottes Djoseph et Françwès ainsi que les inratables quarante molons et les terribles echasseurs, tous présents aux traditionnelles fêtes de Wallonie de septembre sans oublier le peket, spécialité locale au côté des fraises de Wépion (banlieue de Namur).  Le 7 juillet prochain, le Tour de France passera par Namur et sa citadelle, renforçée par un certain Vauban qui vous rappelera quelque chose!. L’occasion de visiter ce joyau méconnu et le tout nouveau batiment des Archives de l’Etat en Province de Namur ?

namur

Challenge AZ : M comme Mainvault

Non loin d’ Hussignies,dans la région athoise, la petite localité a été en 1915 le témoin de la chute spectaculaire d’un zeppelin allemand revenu de Paris où il avait fait de gros dégats lors de bombardements. Vous retrouverez toute l’histoire du Zeppelin de Mainvault (dont nous, la petite équipe d’historiens, avions reçu pour le voir un morçeau du gouvernail lors de la collecte 14-18 organisée par la RTBF) sur le lien : http://www.rtbf.be/14-18/thematiques/detail_l-extraordinaire-histoire-du-zeppelin-de-mainvault?id=8299111

zeppelin

 

Challenge AZ : L comme Ligny

En cette année de bicentenaire des 100 jours et de la bataille de Waterloo, Je ne pouvais faire l’impasse sur la bataille de Ligny dont c’est également le deux-centième année de l’aprés. Considérée comme la dernière victoire de Napoléon avant que les troupes britanniques et prussiennes ne le bloque à Waterloo, la bataille de Ligny fut commémorée ce week end avec un peu d’avance sur la date anniversaire. Elle doit également être mise en perspective avec la bataille des Quatres-Bras qui se déroula le même jour et qui vit s’affronter le Duc de Wellington et le Maréchal Ney.

L'armée Napoléonienne pris le dessus sur l'armée prussienne  à Ligny, entre sombreffe et fleurus le 16 juin 1815
L’armée Napoléonienne pris le dessus sur l’armée prussienne à Ligny, entre sombreffe et fleurus le 16 juin 1815