Challenge AZ : N comme Namur

Et pas seulement parce qu’on retrouve dans mon arbre un enfant trouvé (et oui,encore un!) abandonné sur les marches de l’Eglise Saint Jean Baptiste au plein coeur de la ville,et probablement amené à l’Hospice Saint Gilles, institution transformée depuis 1985 en lieu de réunion du Parlement Wallon. La capitale de la Région Wallonne gagne à être mieux connue. Pour la fréquenter réguliérement depuis 20 ans, Namur est un petit bijou qui ignore parfois sa valeur ou parfois ne l’ignore pas mais pêche par timidité (ou manque de budget?).

Sa citadelle qui organise pour l’instant un spectacle sur l’après-bataille de Waterloo ,« Waterloo : Le jour d’après », son « Grognon » au confluent de la Sambre et de la Meuse qui accueille chaque 21 juillet un énorme marché aux puces, ses mascottes Djoseph et Françwès ainsi que les inratables quarante molons et les terribles echasseurs, tous présents aux traditionnelles fêtes de Wallonie de septembre sans oublier le peket, spécialité locale au côté des fraises de Wépion (banlieue de Namur).  Le 7 juillet prochain, le Tour de France passera par Namur et sa citadelle, renforçée par un certain Vauban qui vous rappelera quelque chose!. L’occasion de visiter ce joyau méconnu et le tout nouveau batiment des Archives de l’Etat en Province de Namur ?

namur

Challenge AZ : M comme Mainvault

Non loin d’ Hussignies,dans la région athoise, la petite localité a été en 1915 le témoin de la chute spectaculaire d’un zeppelin allemand revenu de Paris où il avait fait de gros dégats lors de bombardements. Vous retrouverez toute l’histoire du Zeppelin de Mainvault (dont nous, la petite équipe d’historiens, avions reçu pour le voir un morçeau du gouvernail lors de la collecte 14-18 organisée par la RTBF) sur le lien : http://www.rtbf.be/14-18/thematiques/detail_l-extraordinaire-histoire-du-zeppelin-de-mainvault?id=8299111

zeppelin

 

Challenge AZ : L comme Ligny

En cette année de bicentenaire des 100 jours et de la bataille de Waterloo, Je ne pouvais faire l’impasse sur la bataille de Ligny dont c’est également le deux-centième année de l’aprés. Considérée comme la dernière victoire de Napoléon avant que les troupes britanniques et prussiennes ne le bloque à Waterloo, la bataille de Ligny fut commémorée ce week end avec un peu d’avance sur la date anniversaire. Elle doit également être mise en perspective avec la bataille des Quatres-Bras qui se déroula le même jour et qui vit s’affronter le Duc de Wellington et le Maréchal Ney.

L'armée Napoléonienne pris le dessus sur l'armée prussienne  à Ligny, entre sombreffe et fleurus le 16 juin 1815
L’armée Napoléonienne pris le dessus sur l’armée prussienne à Ligny, entre sombreffe et fleurus le 16 juin 1815

Challenge AZ: H comme Hussignies

Hussignies. Husseignies. Que l’on prononce « Unchnies » ou encore Hunchenies en picard. Depuis 1977 et la fusion des communes,cette localité fait partie intégrante de la commune de Chièvres.  Il y a des lieux où nos ancêtres ont vécu auxquels on s’attache plus facilement que d’autres. Est-ce à cause de la branche qui y a vécu ? parce qu’on y a des souvenirs ou, au contraire, parce qu’on ne connait pas le lieu et que son nom semble synonymes de passionnantes histoires?  Sans doute, un peu de tout cela. A chacun de se faire sa petite idée sur la question. Pour moi, c’est un des lieux qui résonne à mes oreilles comme Blandain, Chercq,Leuven, Willebroeck et Bruxelles pour ne parler que de ces lieux-là.  Si vous passez dans le coin, n’hésitez pas à visiter  ce charmant petit coin du Hainaut a quelques kilomètres de Ath et surtout, non loin de Beloeil,dont vous pouvez visiter le magnifique chateau des Prince de Ligne.

https://www.google.be/maps/place/7950+Huissignies/@50.5640555,3.7524727,2512m/data=!3m1!1e3!4m2!3m1!1s0x47c2ff6dd3f11501:0x53e21fd173fbfc0e?hl=en

 

Challenge A-Z : G comme Geldof !

Geldof ! Ce nom vous semble familier ? c’est normal ! Le chanteur, Bob Geldof né en Irlande a des origines belges ! Son grand-père paternel,Zenon, est né à Boezinge dans la banlieue de Ypres. Cuisinier renommé, il s’exila en Angleterre où il rencontra son épouse  future grand-mère du leader des Boomtown Rats. Il Après un passage à Londres, il s’établit en Irlande où il ouvrit plusieurs commerces « belges » important des biens et des marchandises de son pays d’origine. Un commerce Geldof existe d’ailleurs encore à l’heure actuelle. Son petit-fils le plus célèbre vit le jour en 1951. Le nom Geldof et ses variantes est encore bien présent dans la région de Flandre Occidentale, Pensez-y la prochaine fois que vous écouterez un morçeau du Live Aid !

Naissance de Zenon Geldof à Boezinge (Ypres) le 27 février 1882, fils d'Alfons Marie Romain Geldof et de son épouse Zénobie Amélie Van Wonterghem (c) LDS-Familysearch
Naissance de Zenon Geldof à Boezinge (Ypres) le 27 février 1882, fils d’Alfons Marie Romain Geldof et de son épouse Zénobie Amélie Van Wonterghem (c) LDS-Familysearch

 

Challenge A-Z : F comme Forest !

La commune où je vis depuis dix ans et où j’ai pu faire des connections avec mon histoire familiale.  Si j’ai toujours su que mes grands-parents y avaient vécus et travaillé avant de s’expatrier d’abord à Linkebeek dans la banlieue bruxelloise puis dans le Brabant Wallon où bon nombre de mes cousins vivent aujourd’hui, j’ai découvert au fil des années que les ancêtres,d’une de mes arriere-grand-mère du côté paternel, Jeanne de Leener, descendait d’une longue lignée de forestois dont un aieul très interessant, Mathurin Le Battard, venu tout droit du Mans dans la premiére moitié du 18e siècle.

La commune fut, pour « mes » de Leener également le lieu d’événements tragiques. Le monument aux morts situé en face de l’actuelle maison communale (en travaux) reprend le nom d’Henri Hofmans, le mari d’Anna de Leener, une arriere-grand-tante, mort en 1918 des suites de ses blessures reçues le 12 septembre 1914 lors des premieres semaines de la guerre dit son dossier militaire.

Durant la seconde guerre mondiale, c’est un bombardement allié sur les ligne de chemin de fer toute proche qui tue deux membres de la famille résidant Rue de Liège. Une plaque commémore toujours les disparus à l’endroit ou se situait leur logement.

Aujourd’hui, c’est une commune agréable, qui a bien évolué et qui est completement sortie de la mauvaise réputation qui a pu être la sienne dans les années 80. Fort différente selon l’endroit où l’on se trouve mais  très sympa à vivre.Mais Forest n’a pas toujours été l’endroit qu’elle est aujourd’hui, même si le marché annuel est vieux d’il y a plusieurs siècles. Ancien village installé à côté d’une abbaye, l’endroit était auparavant presque complétement couvert de bois (d’où son nom) et partie intégrante de la Foret de Soignies . La butte que l’on appelle  aujourd’hui »Altitude Cent » accueillait jadis une potence pour ceux que l’on envoyait se faire juger dans l’au-delà. Je ne manque pas de raconter l’histoire aux enfants à chaque fois que nous passons par là, cela fait à chaque fois fort impression! 😉

L’endroit n’était pas avenant et il parait que Rue Roosendaal une bande de brigands rodait pour voler les voyageurs en route pour la province…

J’aime cette commune, et je l’aime encore plus depuis que je sais les liens qui l’unissent à ma famille. Le temps, encore lui, me manque pour vous en dire plus ce soir mais j’espère pouvoir revenir sur ce sujet cher à mon coeur !

Forest mentionné dans la carte de Cassini. On y distingue nettement le centre autour de l'Abbaye et les quelque habitations autour....
Forest mentionné dans la carte de Cassini. On y distingue nettement le centre autour de l’Abbaye et les quelque habitations autour….

Challenge A-Z : E comme Ernest !

E comme Ernest. Ernest Frank Nicholls dit « Frank ». Un de mes arrière-grand-pères. Originaire de Chesterfield où il naît en décembre 1876, il part à une date inconnue pour Newmarket, la ville d’Angleterre réputée pour ses courses de chevaux. Recruté par le Baron Brugmann, célebre philantrope belge, pour s’occuper de ses purs sangs, il sera le premier (connu) de cette branche de la famille à franchir la Manche, en 1890, inaugurant une longue « tradition » familiale.

Lors de la première guerre mondiale, il sera versé au Royal Veterinary Army Corps grâce à son expérience des chevaux. De cette guerre, il ne racontera à sa famille, retournée à Chesterfield, que la tristesse d’avoir du abattre des chevaux qui, eux, n’avaient pas demandé à se battre. En 1940, la guerre le renvoie dans sa ville natale. Son épouse, Marie Louise, s’y éteindra quelques mois plus tard. En Belgique son unique fille, Maggie, profite de sa position anglophone pour s’investir dans la résistance. Elle cache des aviateurs mais est arrêtée en février tragiquement disparue suite à sa déportation pour résistance pendant la deuxième guerre. Elle ne sait pas que sa maman est décédée à plusieurs centaines de kilomètres de là.

Ernest, lui, ne se remettra jamais de cette blessure et s’éteindra à Bruxelles en 1956…

maggie

 

(The Chesterfield Times-1951-Ernest Frank Nicholls est à droite)

 

Challenge A-Z : D comme Doornik!

D comme Doornik. L’équivalent néerlandophone de Tournai.

Bon, d’accord.C’est un peu de la triche linguistique mais cela me permet surtout de mettre en avant le fait que les noms de villes en Belgique peuvent parfois avoir une orthographe tout à fait différente selon la langue que l’on pratique. Mons est Bergen et même Lille, notre voisine française, est indiquée comme « Rijsel » sur les panneaux routiers.  Cette ville, Doornik/Tournai qui vit certains de mes ancêtres naître, vivre et mourir souvent dans le même périmètre des paroisses Saint Brice et Saint Piat et l’un d’entre eux, Jean-Baptiste Lefranc(q) fut blessé le 28 septembre 1830 lors de l’attaque de la caserne des capucins pendant les « jours de septembre » qui amenérent à l’indépendance du territoire belge. Il fut pour ceci décoré de la croix de fer.

Tournai (c)Geniwal
Tournai (c)Geniwal

La ville de Tournai est bien connue des français car elle borde la frontière franco-belge. C’est une ville aux traditions persistantes (Le « Lundi perdu » que l’on appelle aussi « Lundi Parjuré » notamment) dont le passé passionnant (le dire 100x très vite 🙂 ) dépasse de loin les frontières actuelles du pays. Le temps me manque pour en faire le détail ici mais n’hésitez pas à vous programmer un petit week end dans la cité des cinq clochers pour en apprendre plus ! Niveau archives, la ville a malheureusement eu a subir des bombardements qui endommagèrent le Palais de Justice et les archives qu’il contenait. Néanmoins, il est tout à fait possible de progresser dans l’Etat-Civil et les registres des différentes paroisses, mon coeur me dit onze, je vérifierais 😉 , que compte la cité.

Le Pont des Trous, symbole de la ville, a eu chaud il y a quelques mois de ceci étant passé trés prés d’une modification drastique de son paysage. Pétitions et manifestations en tout genre ont permis de sauvegarder ce patrimoine unique. Pour fêter cela, nul doute que les tournaisiens ont chanté leur hymne bien connu, « Les Tournaisiens sont là ». Je vous laisse découvrir ce petit bijou sur la toile 😉

Juin 1815-Juin 2015 !

 

Voilà! Nous y sommes enfin en ce mois de Juin qui commémorre le bicentenaire d’une bataille historique. Une bataille qui, plus que les autres rencontres belliqueuses napoleoniennes, marquera la construction du continent européen et son avenir bien au-dela du 20e siècle. Ce mois sera l’occasion de revenir sur la bataille, sur certains éléments connus ou moins connus, sur des visites ou des projets qui nous semblent d’intéret. Il y aura également un tour des préparatifs des commémorations.

A tous ceux qui viendront visiter le champ de bataille, bienvenue! N’oubliez pas que ce lieu est un lieu d’histoire et que l’interet historique des lieux et des évenements vont au-dela de ce qui sera organisé « pour marquer le coup » !

lion of waterloo

 

 

Challenge A-Z : B comme Bruxelles !

Bruxelles. Brussels. Brussel. Brüsel aussi pour les fans de François Schuiten. La capitale européenne et capitale tout court d’un pays qui n’existe que depuis 1830. Le centre des institutions fédérales et internationales. Là où j’habite également et le point de départ de toutes mes pérégrinations nationales ou internationales. Une ville qui a donné son nom à une tendance urbanistique aussi. Bruxelles, que d’histoires tu vis ! Petites ou grandes, elles me fascinent toutes surtout depuis que j’y ai découvert des ancêtres « pur jus ».  Centre urbain, artistique, culturel, institutionnel et historique, tu fais l’objet de toutes les attention, et pas toujours en bien, il faut le dire ! En revanche, tu fais l’objet de belles visites et d’un splendide dépôt d’archives où il fait bon travailler !

La Porte de Hal en 1890-1900.
La Porte de Hal en 1890-1900.