Une première mondiale en généalogie !

Rien n’arête la généalogie !

Il sera désormais possible de travailler sur des correspondances ADN avec le règne animal !

Image result for adn de poisson

Selon la  Genealogical Fishes Association (GFA) , des progrès phénoménaux ont été réalisés sur les correspondances génétiques mais à ce stade, SEULEMENT avec les poissons !

En envoyant votre ADN à la base de données de la Genealogical Fishes Association , vous saurez ainsi si vous cousinez avec un cabillaud, un bar, un saumon ou une anguille!  De quoi avoir les branchies qui palpitent à l’idée de vous retrouver des cousins dans les mers du sud ou dans le grand Nord.

Nul doute que ces recherches feront le plus grand bonheur des porteurs de patronymes comme POISSON, DAUPHIN, RAIE et TRUITE !

Image result for poisson dans un aquarium

>-^):>  – >-^):> –  >-^):>  – >-^):> –  >-^):>  – >-^):> –  >-^):> – >-^):> – >-^):> – >-^):> – >-^):> – >-^):> – >-^):> –  >-^):> – >-^):>

 

 

 

 

……Un petit clin d’oeil à mon ancêtre de Tournai….Marie POISSON 😉

Felix, c’est du bonheur !

Les archives, c’est facile…quand on y met du sien.

J’aime les archives locales d’Anvers, appelées FelixArchief  du nom de l’entrepôt qui les abrite. 

J’aime les lieux, chargés d’Histoire , la vue sur les bateaux depuis la salle des microfilms, les longues tables modernes qui pourtant ne jurent pas avec les boiseries de la grande salle de lecture. Je me sens à l’aise dans ce lieu, il me fait du bien même si parfois je râle de ne pas trouver ce que j’y cherche et que la législation sur les registres de population nous oblige à doubler les démarches dés 1890…

J’aime cette fluidité de navigation entre les archives commerciales, les compte-rendus de procès anciens et les archives glanées sur le vieux quartier juif de la ville.

Alors,oui, c’est Anvers,la belle métropole, il y a des moyens, des batiments , du personnel. C’est limite si les jours de peu d’affluence, vous n’avez pas votre propre préposé, et c’est très agréable.

et il n’est pas facile de mettre en place un même accueil dans des communes plus petites ou avec des moyens .Mais c’est parfois aussi,une question d’etat d’esprit. d’accueil ( les jetons pour les casiers, c’est bien pensé ! les imprimantes attachées aux liseuses aussi ( même si, pour la planète, c’est toujours mieux de prendre une photo, à condition de la sauvegarder)

Quand je sors de ce batiment et que je comptemple la Marina, je me prends à rêver que tous les dépots soient à l’identique, qu’on soit ravis d’y passer la journée même quand nos recherches ne donnent aucun résultats. On peut toujours rêver 😉 ( et encourager les lieux ayant moins de moyens, à garder le sourire malgré tout)

paysage mer eau la nature horizon nuage Horizon vue ville rivière Paysage urbain été réflexion véhicule la tour port industriel usine Port voie navigable la Belgique Anvers Verte Schelde centrale électrique Structure extérieure

Deux soeurs séparées se retrouvent !

Tonny en Australie et Janny aux Pays-Bas ne savaient pas qu’elles avaient un papa en commun. C’est un hasard extraordinaire et l’aide de la généalogique génétique (et de MyHeritageDNA ) qui a fait qu’elles se sont retrouvées et qu’elles ont fait de la place dans le coeur de chacune pour l’autre.

Une histoire extraordinaire que je vous propose de voir ici :

La ville lumière à l’heure de la généalogie !

Le salon de Paris vient de fermer ses portes et il faut bien dire que c’est à nouveau une grande réussite !

Les grandes compagnies (qui ont beaucoup de succès) comme les petites associations étaient à nouveau réunies à la mairie du 15e arrondissement pour partager autour de notre passion commune : la généalogie.

FamilySearch, Généalogie en Correze, Génécole, Les marmottes de Savoie, L’Auvergne, la Mayenne, la Charente… Beaucoup trop pour tous les nommer mais comme le chantait Aznavour… « ils sont venus, ils sont tous là ». Tous ? en fait non, parceque la , mairie manque de place  pour accueillir tous les exposants intéressés, et ils sont de plus en plus nombreux. Espérons que tous puissent nous rejoindre un jour !

Geneanet, Filae, FamilySearcg voient des files entière devant leurs stands. Mémoire des Hommes informe sur le passé d’un ancêtre soldat , les associations locales voient arriver des personnes se découvrant des ancêtres du cru ! (Mince, toujours pas pu venir parler de mes limousins  ni de parler aux bordelais de l’ascendance française de Natalia Lafourcade, une des invitées de RootsTech ! ) .

Une matinée était reservée aux scolaires. Mention spéciale pour les acteurs d’un jour en uniforme qui ont fascinés les petits. Le salon, ouvert à tous dés le jeudi après-midi vit des conférences, des discussions,  des contacts de clientèles, des échanges entre pros ( dont un très intéressant avec ma consoeur Laurence Abenzur-Hazan )

Les allées sont pleines. Les gens intéressés. On s’échange coordonnées,tuyaux, gedcoms. On se découvre des cousinages. Et on repart plein d’énergie et heureux comme après avoir revu une grande famille !

Bravo à Archives Et Culture pour cette belle organisation.

A très vite pour d’autres belles aventures !

 

 

 

 

 

 

 

 

Et comme un bonheur ne vient jamais seul, la fête continue pour le Guide de la Généalogie en Belgique au salon du livre !

Rendre leur mémoire aux parisiens ( et aux autres ! ) Filae fait fort !

En ce premier jour de salon de la Mairie du 15e arrondissement de Paris, Filae fait fort !

C’est un fait connu de tous les chercheurs intéressés par l’histoire de Paris et son etat-civil, une partie de celui-ci disparu en fumée lors de la Commune en 1871, anéantissant ainsi les deux exemplaires d’etat-civil et de registres paroissiaux antérieurs à 1860….et bloquant ainsi les recherches de beaucoup !

Ces soucis avaient été en partie comblés par l’élaboration d’un fichier parallèlle, monté par l’étude généalgoique Andriveau et consistant en un précieux recensement de l’etat-civil et paroissial parisien (large)  par une équipe de scribes aussi motivés que débrouillards. Le fonds avait beau être connu de la communauté généalogique, son’accès à ces fiches restait difficile pour le chercheur lambda qui ne pouvait bénéficier de « percée » dans sa recherche que le fonds n’aurait pas manqué de fournir. Ce chercheur peut aujourd’hui faire une « happy dance » !

Non seulement, les fiches des mariages (1613-1805) de la célèbre collection Andriveau est mise en ligne et est d’ores et déjà disponible à l’adresse  http://www.filae.com/andriveau-mariages 

mais le site généalogique bien connu met également à disposition de ses heureux abonnés un guide pour soutenir la recherche et aider aux mieux les généalogistes dans leur connaissance des anciennes paroisses de Paris et alentours.

http://www.filae.com/ressources/les-anciennes-paroisses-de-paris-et-aux-alentours/

avec, cerise sur le gateau de la capitale, une carte librement réutilisable

https://www.google.com/maps/d/viewer?mid=1g3jSBkF5vmSXLH4rUMOc8MAzq53TcVxR&usp=sharing

Et pour célébrer ce moment historique dans l’histoire des recherches généalogiques, rien de tel qu’une petite vidéo pour vous présenter le Fonds Andriveau et les possibilités de recherche sur Filae !

C’est pas super chouette, ca ? 🙂

 

 

 

 

Vive RootsTech !

RootsTech, C’est une fête, une réflexion, une réunion de famille. La grande famille des généalogistes et de celles et ceux qui aimeraient le devenir. Des rencontres, des apprentissages et des  mises en communs d’expériences personnelles et professionnelles. Des rencontres, des conférences, des ateliers, des labos, un hall d’expo avec des stands et des rencontres, formelles ou informelles en marge du salon.

Le tout dans une foule impressionnante réunie dans un centre de conférences qui ne l’est pas moins.

Mais RootsTech, c’est bien plus que ca !

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais c’est quoi une journée à RootsTech ?

Le matin commence tôt, très tot meme parfois si on est invité(e)s aux petits dejeuners thématiques organisés par le staff ou par des compagnies généalogiques en particulier. Vient ensuite le vrai début de la journée : Rejoindre les participants, d’une journée ou d’une semaine, dans la plus grande salle du centre de conférences. Un Maître de cérémonie chauffe la salle : C’est qu’il s’agit d’être en forme pour la keynote du matin. La keynote ? Ce grand moment de communion qui suit un scénario millimétré et bien particulier dans une salle surbondée de 10.000 personnes réunies pour entendre un(e) invité(e) partager son histoire de famille. Le tout sous le patronage quotidien d’une des grandes boites : MyHeritage, Ancestry, FindMyPast

C’est également l’occasion pour elles de venir présenter nouveautés et scoops. Comme pour cette année, le projet pro bono DNA QUEST lancé par MyHeritage et qui permettra à des enfants américains adoptés de partir à la découverte de leurs racines ou pour les nouveaux registres catholiques mis à disposition par FindMyPast. L’occasion est bonne : tout le monde est réuni et c’est l’occasion de s’intéresser aux activités de telle ou telle compagnie.

Au menu, cette année : Scott Hamilton, Brandon Stanton, Natalia Lafourcade (aux racines bordelaises !) et le Prof. Henry Louis Gates Junior ! Les histoires défilent…et ne se ressemblent pas du tout. De l’émotion d’avoir été adopté, de s’etre construit une famille et d’adopter à son tour de Scott Hamilton, à la success story de Brandon Stanton qui de « zero » like sur Facebook a réussi à en réunir des milliers par son sens de l’écoute, de l’empathie et de la photo bien fait en passant par Henry Louis Gates Junior qui voulait tellement faire connaitre l’histoire de sa propre famille et vérifier ce qui était dit au sujet de son grand-père qu’il a lancé des projets d’envergures pour valoriser les histoires de familles de célébrités afro-américaines d’abord,puis de l’Amérique entière, et maintenant soutient les initiatives visant à intéresser les jeunes à la généalogie génétique. Toutes ces histoires sont passionnantes et le moment de partage entre les invités et le public est bien réel.

Il faut que je vous dise un mot du maître de cérémonie, Jason Hewlett. Ce monsieur revient chaque année et il est, il faut le dire, très drôle avec ses mimiques et ses imitations.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De belles rencontres, un monde fou. Une sensation qu’on aura jamais le temps de gouter à tous les mets succulents que le buffet propose mais que c’est un grand honneur de participer à ce buffet, de discuter avec les petits et grands convives, de se balader à travers les plats, de se dire que cette recette là marcherait du tonnerre à la maison, que l’autre pas ou que cette dernière est exactement ce qu’il faut pour un contact ou un client.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais que la foule ne vous effraie pas, il y a toujours moyen de se trouver un petit coin,une conférence moins suivie ou de s’isoler dans un couloir pour respirer un coup. Et puis, il faut dire que c’est TRES tres chouette de voir tant d’engouement pour la généalogie et l’histoire des familles.

Des conférences : Sur tous les thèmes, les périodes, les sujets. De la conservation des documents familiaux sur des clouds ( coucou Dan Earl ! ) aux archives de la guerre civile américaine en passant par les archives allemandes, les ressources françaises ( coucou Pierre ! ) ,les transcriptions et traductions ( coucou Thomas!)  les archives allemandes et surtout surtout cette année la généalogie génétique.

Pas de photos des conférences ici : pour éviter le pillage intellectuel, les conférenciers sont nombreux à interdire prises de vues de leurs cours. Il est vrai que l’impolitesse de certains amenaient certaines conférences à devenir des champs de smartphones, et ce sans aucune autorisations ni demandes, il fallait donc sévir; Certains permettent néanmoins de photographier certaines données ou liens, histoire de ne pas avoir à les recopier, ou encore donnent leurs coordonnées pour pouvoir envoyer les ressources par la suite.

Ces derniers temps, la généalogie génétique est omniprésente au salon, dans les longues files pour obtenir les précieux kits ADN ou dans les conférences à ce sujet qui affichent toutes complets, tant est le besoin d’en savoir plus à ce sujet. Cette matière amène également des grands questionnements. La question de la protection de la vie privée n’est pas loin, ni celle d’ailleurs du GDPR abordé avec grande vigileance et talent par Judy Russell dont les analyses et les commentaires sont toujours intéressants et très pertinents.

Et puis l’Expo Hall, son inimitable parfum sucré impossible à décrire, les files devant les stands, le bonheur des enfants lors de la journée des familles, les compagnies qui rivalisent d’imagination pour les stands et les multiples possibilités qui s’offrent aux visiteurs : tant dans les rencontres formelles avec les commerciaux (Il faut bien appeler un chat un chat…) que dans les liens qui se tissent entre visiteurs. FamilySearch a eu cette brilliante idée de mettre une app à disposition qui permettait de lier les cousins présents à RootsTech et ainsi de se découvrir plein de nouveaux cousinages et branches ! On était en plein dans le « Connect/Belong » !

Mais pour en revenir aux stands : Les français étaient une nouvelle fois bien représentés : Geneanet, Heredis, Famicity et Patronomia ! Il y a de plus en plus de compagnies européennes, principalement francophones, et c’est un grand plus pour le salon mais il y a aussi des chinois, des africains, une association de promotion des « native american », the world is RootsTech !

 

 

 

 

 

 

 

 

Et Filae venus en visiteurs. Tous ceux là nous ont fait le plaisir de se plier au jeu de l »interview , vous en etendrez parler très bientôt ici même.

Et puis les rencontres. Retrouvailles ou découvertes. Echanges entre blogueurs, développeurs, généalogistes et historiens. Le traditionnel diner des francophones ( Je crois qu’il faudra bientôt louer tout le resto ! ) et l’accueil formidable des amis sur place qui nous font sentir comme à la maison.*

 

 

 

 

 

(Avec Amy Archibald du staff d’organisation)

Le soir est consacré aux réunions entre amis et aux événements sociaux mais jamais bien tard tant les journées sont longues et tant aussi est grande l’envie de se lancer dans de nouvelles recherches, inspirées par les apprentissages et échanges du jour.

RootsTech passe trop vite. Beaucoup trop vite, les rencontres s’enchainent,les rendez-vous aussi, quelques conférences triées sur le volet car on ne sait assister à tout et voici déjà le moment de quitter le Salt Lake Palace et de rentrer non sans oublier le passage obligé à la Bibliothèque de Généalogie. Mais on en sort boosté par tant d’énérgie, de motivation, d’interet pour ce sujet qui nous passionne tant.

Preuve en est que RootsTech, c’est un enrichissement personnel beaucoup plus fort que juste un congrés ou une foire des acteurs du marché.

C’est un esprit qui,j’espère, j’en suis sûre, va durer encore longtemps !

Une soirée culturelle cloture en général la convention. L’an passé, c’était l’Afrique qui était à l’honneur. Cette année, c’est le Mexique qui a été célébré avec forces Mariachis, Tifo dans l’orchestre et belles robes de circonstances. La performance est à revoir ici. 

Un énorme BRAVO à FamilySearch de rendre tout ceci possible, aux équipes (Trop nombreuses pour toutes etre citées mais Jen, Anne, Tyler, Amy, Edgar…, tous les techniciens, equipes logistiques, volontaires pour tenir les conferences/scanner les badges, personnel du centre de conférence, catering, artistes, invités généalogistes ou non, exposants, invités, participants du monde entier, merci de faire de RootsTech cette belle réussite ! )

Vive RootsTech !

See you next year !!

 

 

 

 

 

 

ps : En attendant, on peut revoir différentes conférences ici ( Et ca,c’est chouette !)

 

  • En parlant de la maison,j’ai vraiment adoré mon Hotel où je me suis sentie comme chez moi…les archives concernant le batiment en + ! Les gens d’SLC m’ont dit qu’il était hanté mais je crois que le fantôme ( « Moaning Molly » 😉 ) a eu peur de rencontrer une généalogiste qui lui aurait posé des questions 😉

RootsTech : Jour 2!

Ce qui est génial à RootsTech, c’est qu’on pense que rien ne pourra jamais battre le jour précédent. Faux !

Tous les jours apportent leurs lots de découvertes, d’émotions, d’échanges et d’amitiés.

J’y ai beaucoup réflechi mais je ne sais pas s’il existe, au monde, un autre évenement qui procure autant d’émulation, de travail de recherche, d’empathie, de réflexion personnelle que celui-ci. Les JO peut-être. Pour les sportifs.

Mais en parlant de JO, il faut que je vous raconte l’émouvante keynote de Scott Hamilton : Racontant son parcours d’enfant adopté, ses liens trés forts avec sa famille, ses combats contre les maladies…et les échecs ( Lors d’une compétition,il a failli abandonner le sport pour être tombé 5 fois ! ) , son parcours se décrit avec humilité et tendresse. Je m’attendais à l’archétype du champion olympique, j’ai découvert une boule d’émotion.

Avant cela, il y eu un petit déjeuner fort plaisant, ouvrant de nouvelles connexions puis des rencontres avec

Howard Hochhauser (Ancestry), Tamsin Todd (Find My Past), Valerie Brown Elkins, ma traditionnelle interview des frenchies à RootsTech et plein de choses les plus extraordinaires les unes que les autres. J’en reparlerais très vite. La plus touchante fut peut-être la rencontre avec une dame originaire de Seraing, qui est fière utilisatrice de Geneanet et qui les aident sur leur stand. Elle a gardé son petit accent local : Un délice. Surtout si on aime dire « Oufti! » en Amérique !

La vie, c’est comme un escalator ( Attention, GRAAAAND moment Forrest Gump ! ) :

Soit elle vous améne vers le haut, vers de nouveaux challenges, rencontres et aventures, soit elle descend, vous rabaisse et vous pousse vers le bas.

A RootsTech, l’escalator monte….et il monte vite !

Image result for escalator

MyHeritage dans « Science » !!

Les journaux académiques sont parfois obscurs pour les généalogistes, sauf évidemment…. si votre ancêtre était un grand scientifique !

Le Docteur Yanis Erlich de l’équipe scientifique de MyHeritage vient de publier, avec un collectif, un article mentionnant des découvertes qui feront date en ce qui concerne l’analyse des mariages et des migrations en Europe et en Amérique du Nord dans les siécles derniers et le lien avec  les gênes de longévité. Cette étude a été conduite avec Columbia University, NY Genome Center, le MIT et Harvard. ( Vous pouvez dire « WOW! »)

Croyez-moi, être publié dans Science est une trés trés grande et bonne nouvelle!

Découvrez leurs travaux (en résumé) dans la vidéo ci-dessous :

https://blog.myheritage.com/2018/03/myheritage-science-teams-research-featured-in-the-prestigious-journal-science/

Bravo MyHeritage!

Yaniv.jpg

RootsTech : Premier (Vrai) Jour !

Un ouragan d’émotions que cette première vraie journée de RootsTech !

( Hier comptant comme jour d’Innovation Alley)

Tout d’abord, la session de Keynote avec Brandon Stanton qui captive l’assemblée avec son parcours et l’histoire de son projet Humans of New York! Son humilité, sa façon de voir les choses sont passionnantes et très intéressantes. J’ai la chance de le rencontrer par la suite et cette rencontre fera l’objet d’un article en soi. C’est une rencontre que je ne risque pas d’oublier de sitôt !

Ouverture de l’Expo Hall : La foule se précipite vers les stands et nous vers nos différents plannings. Les ambassadeurs des Etats ont un agenda, un code et une façon de travailler bien particulière. Pour les ambassadeurs RootsTech, c’est pareil!

suivi d’une interview avec Ancestry DNA et une autre avec Aaron Godfrey de MyHeritage. Car LA grande annonce du jour, c’est la création de DNA QUEST, un projet bénévole de MyHeritage qui va offrir pour 1 millions de dollars de kit ADN aux enfants adoptés en recherche de leurs familles biologiques. Bien sur, ceci ne peut se faire qu’avec l’aval des autorités concernées et la participation d’un board meeting spécialisé dans l’adoption ( dont font notamment partie CeCe Moore et Blaine Bettinger) et concernera dans un premier temps les USA.

Une réunion sur le temps de midi (top secrete ah ah!) et me voilà déjà repartie. J’ai bien du faire quatre fois la distance entre la salle 355 et la grande salle reservée au Keynote. Il y a des moments où je regrette vraiment de ne pas avoir acheté de FitBit avant de venir à Salt Lake ! Une rencontre  avec Rhonda Lauritzen et une autre rencontre et il est déjà temps que je parte explorer le salon. Ici,des entreprises du monde entier viennnent présenter leurs services. Et elles viennent de partout, la preuve ? trois entreprises chinoises sont présentes mais on compte aussi des Allemands, des suédois, des australiens, des canadiens etc….

Un tour au salon suffit pour rendre compte que le mot de l’année, une fois encore, c’est DNA, DNA, DNA ! L’ADN est partout ( c’est un peu logique,me direz vous)

Déjà 16h30 et la conférence de Dan Earl sur la préservation et la conservation des donnée généalogiques. Supports (matériél, virtuel…), conditions de conservation. Bon, pas sure que les 10 miles minimum de distance entre deux sauvegardes d’un meme document soit applicable systématiquement en Europe mais l’idée est là, et elle n’est pas bête!

L’évenement d’ouverture sur le thème des années 40’s avec un orchestre et l’impressionnante équipe de danse de salon pour cloturer la journée, non sans le traditionnel repas des francophones organisé par notre cher Jean-Luc Magre (FamilySearch) qui veille d’ailleurs sur la petite communauté francophone avec des attentions de tout les instants.

Une formidable journée qui s’achève donc. RootsTech, c’est que du bonheur!

RootsTech : Day (presque) 1 !

Et déjà plein d’images en tête !

Tout d’abord,une foule impressionnante. Les couloirs remplis de personnes faisant la file pour rentrer dans les salles de conférences, en collision avec les personnes qui en sortent. Ca fait un joyeux mélange. La foule étonne, surprend et fait sourire. C’est quand même top de voir tous ces gens réunis pour l’amour des ancêtres.

Le choix était super difficile à faire : alors j’ai tiré à la courte paille ! Et c’est Lara Diamond qui a remporté le tirage ! Je me suis donc dirigée vers cette première conférence sur l’utilisation de l’endogamie ( Pas l’endogamie dans le sens où l’entend généralement mais l’endogamie « toutes les lignes s’entremelent à partir d’un certain point) , endogamie qui est fort présente dans les populations juives de l’est de l’Europe. Partant des chouettes exemples de ses matches ADN, Lara nous explique comment elle a pu redonner à chaque sa relation dans l’arbre familial, comment elle a pu retrouver des relations biologiques entre certains membres, comment elle a pu détecter un lien de parenté en utilisant les ressources de généalogie génétique mais aussi la logique et la preuve négative. Ses slides étaient un pur bonheur! ( Lara, tes slides sont géniales!) . J’en suis sortie avec la conviction qu’il y a vraiment énormément à faire avec la généalogie génétique.

 

La deuxième conférence porte sur les traductions et les transcriptions en Généalogie. Elle est donnée par Thomas MacEntee, dont ce fut le métier pendant des années avant de devenir une référence incontournable du monde généalogique. Il  passe en revue les différentes possiblités de traductions, Google Translate entre autres, l’appel à des bénévoles sans négliger l’appel à des professionnels, et de transcriptions . Le pourquoi retranscrire des archives est également évoqué, ce qui est crucial comme question. Pour nous, la réponse va sembler évidente, mais elle ne l’est pas forcément pour le commun des mortels. Tout comme l’importance de retranscrire les erreurs ou de laisser un « blanc » ou un « ? » dans les mots qui manquent à la transcription. Basique? Super important à rappeler, surtout.  L’importance de respecter la ligne aussi. Le tout avec des exemples de logiciels ad hoc.  Très intéressant d’en apprendre plus sur des outils qu’on connait parfois peu à force d’utiliser toujours les mêmes; Thomas souligne l’importance de vivre une langue, de ne pas se baser uniquement sur les logiciels et de ne pas se reposer uniquement sur l’informatique.

Une mini pause-midi avec le grand plaisir d’interviewer Lisa Louise Cooke de GenealogyGems et vient déjà la deuxième partie de journée.

Je ne voulais pas manquer la conférence de Bernice Bennett sur l’implication émotionnelle des test ADN. C’est un sujet fort sensible et la manière d’appréhender les choses est à la fois fort simple et fort compliquée. Respect sans forcer. Comprendre et vouloir comprendre. Accepter les différences, les refus, les limites des tests aussi ou le simple fait d’apprendre qu’un parent biologique est déjà décédé et qu’on ne le connaitra pas.  Bernice fait participer la salle et les témoignages émouvants se succédent les uns après les autres. Les yeux ne restent pas sec très longtemps !

Ils n’ont d’ailleurs pas le temps de sécher que Jennifer Holik, américaine mariée à un reconstituteur néerlandais ( Ca ne s’invente pas ! ) passe en revue les différentes maniéres de retrouver la trace d’un soldat de la Seconde Guerre Mondiale, son service, son parcours selon qu’il aie été dans la Marine, Dans l’aviation, dans l’infanterie etc. Jennifer insiste sur le fait que ces parcours pourront être retrouvés de façon similaire pour les soldats de la Première Guerre et de la Guerre de Corée. Après avoir fait l’inventaire des ressources, d’où les trouver et de ce qu’elles contiennent, Jennifer nous fait une lecture d’une lettre de soldat, sur le point de mourir, qui est absolument déchirante. C’est là que je me souviens qu’elle avait prévenu qu’il fallait prévoir des mouchoirs ( j’en avais, ouf ! ). Wow!

L’ouverture officielle du salon a lieu à 4h30 dans la grande salle des Keynote. A un moment,on se demande si tout le monde réussira à rentrer tant l’affluence est grande mais ouf ! Tout est calculé au millimètre près et tout le monde trouve un siège dans cette énorme salle qui peut contenir 10.000 personnes;

10.000 . Vous avez bien lu !

Steve Rockwood, le Président et CEO de FamilySearch nous accueille, après une intro tout en humour de Jason Hewett, Maître de cérémonie des KeyNote nous livre un discours dont il a, seul, le secret.

Celui-ci est vibrant en ceci qu’il fait ressortir en nous l’envie de connecter nos ancêtres au monde, de connecter nos ancêtres entre nous et par là, de se connecter nous-même à un sens d’appartenance. Je suis peut-être bon public pour ce genre de discous mais wow, c’est vraiment très inspirant et surtout, ca donne de la force et de l’énergie !

Le partage en public d’une enquête sur l’avenir de la généalogie, vient le temps  des discussions intéressantes de panels sur ces différentes parties de l’avenir de la généalogie ( la conservation des archives, la vie privée, les recherches de généalogie génétiques)  avec notamment, Judy Russell qui prévient des dangers de la nouvelle loi concernant la vie privée ( GDPR, qui sera d’application en mai) , et des dérives du droit à l’oubli.

La journée aurait pu s’arreter là mais non ! Un cortège s’ébroue joyeusement vers l’Expo Hall, pour l’inaugurer en beauté et permettre aux visiteurs d’avoir un aperçu des stands qu’ils pourront découvrir plus longuement pendant tout le salon. Famicity est là, Geneanet et Heredis aussi. On inaugure le media hub avec des interventions de Steve Rockwood et de Living DNA. Le temps de faire un petit tour dans les stands et également d’apprendre que c’est DNA Painter qui a remporté le prix d’Innovation génétique ( ce qui remplaçait un peu l’Innovation Showdown) et voilà déjà le Salt Lake Palace qui s’endort pour la nuit.

Une journée bien chargée mais qui donne la pêche et l’envie de faire encore plus de généalogie !

C’est ca, RootsTech !

(Les photos dés que possible techniquement,mais il y a plein sur Twitter 😉 )

RootsTech is a great place to learn more about family history.(crédit photo : FamilySearch )