Une expo à voir : Bruxelles, terre d’accueil ?

Un de me fonds d’archives préférés, c’est celui de la Police des Etrangers. J’adore lire les fiches d’identité, les récits de voyage, d’installation et parfois de départ en Belgique. C’est souvent dans ce fonds là que je trouve les renseignements qui nourrissent ma recherche et ma réflexion. Me retrouver nez à nez avec un mineur italien, une femme de ménage polonaise, un journaliste américain, une famille juive allemande fuyant le nazisme est à chaque fois une émotion indescriptible.

Alors imaginez ma joie quand j’ai appris que les Archives de l’Etat mettaient en place un partenariat avec  le Musée Juif de Bruxelles pour une nouvelle exposition  » Bruxelles, Terre d’accueil ? » incorporant des pièces de la dite police des étrangers et également des oeuvres, productions d’artistes bruxellois et refletant leurs regards sur l’immigration d’hier et d’aujourd’hui.

Une exposition de réouverture, de renaissance et d’ouverture sur le monde. Celle qui prend le parti des humains face à l’obscurité, qu’elle se renferme sur soi ou sur les autres. Celle qui préfére la réflexion à la facilité. Celle qui prend résolument le parti de la vie.

Celle aussi qui s’assied autour d’une oeuvre d’art ou d’un document d’archive pour penser et faire penser.

Et qu’est ce qu’on en a besoin !

A travers deux parcours à voir distinctement mais indissociables du point de vue de la réflexion, l’exposition pose sans tabou la question de l’immigration à Bruxelles à travers deux axes, l’un plus classique à travers une analyse historique via des archives et des photos d’époque mais aussi via des vidéos retraçent le parcours et les ressentis, forçément différents de personnes s’étant installées en Belgique, en étant même reparties parfois dans le pays d’origine.

S’ouvrir sur le monde et donner un message non seulement de réouverture mais également d’ouverture.vers l’autre. Se pose également aussi la question essentielle des racines et de nos origines. Un très beau parcours vous permet de vous plonger les yeux dans les yeux de celles et ceux qui ont emporté avec eux une photo de leur vie d’avant. Bien sûr,je n’ai pu m’empecher de penser à tous ceux qui ont, comme ma famille, quitté leur pays d’origine pour venir s’installer en Belgique.

Une belle exposition qui émeut et fait réflechir, une vraie et qui sait un préambule au fameux musée de l’immigration qui manque tant à Bruxelles ? Je l’espère en tout cas !

A voir d’urgence au Musée Juif de Bruxelles (Rue des Minimes, 21) jusqu’au 18 mars !

 

Des bonnes idées pour votre été !

Et tant pis si la météo n’est pas au rendez-vous, vous pourrez au moins enfin vous mettre à la généalogie !

Sortez les documents sur la table du salon,

Chaussez vos lunettes,

Prenez vos loupes, un crayon, du papier, de la matière grise

…. et le Guide de la Généalogie en Belgique ! ( Pour bien démarrer 😉 )

 

 

 

 

 

Qui sait ? L’an prochain, vous serez peut-être en train de visiter les lieux ou ont vécu vos ancêtres !

 

 

 

 

 

 

 

 

Challenge AZ 2017 : D….

Non,ca ne sera pas « Débuter » sa généalogie, même si cela aurait fait écho à mon premier « B ». Aujourd’hui, nous allons nous interesser au…Domicile !

Le choix de ce sujet n’est pas anodin. Hier, je parlais des contacts en généalogie et de leurs bénéfices, aujourd’hui,je vais vous parler des contacts entrepris avec Laurence Druez, chef de travaux aux Archives de l’Etat à Liège et de ses travaux concernant l’histoire des maisons et la généalogie immobiliére.

L’histoire d’un domicile permet d’ en aborder plusieurs facettes : l’histoire du lieu en tant que tel, l’histoire de l’endroit , l’histoire de la propriété en tant que bien, les matériaux et bien entendu l’histoire de ses habitants. J’ai déjà traité plusieurs dossiers relatifs à des immeubles remarquables détenus par les ancêtres de mes clients et à chaque fois, ce fut un immense plaisir de se plonger dans l’évolution du batiment et son histoire. Avoir des ancêtres qui construisaient des aisons ou batisses (Principalement à Bruxelles et dans le Hainaut) m’a également permis de retrouver des informations précieuses comme des plans, des informations sur la corporation dont ils étaient membres (de père en fils) et même des procés entre corps de métiers

Les plans, matricules cadastraux, dossiers de demandes de permis, registres de population sont autant de sources qui vous aideront à reconstituer l’histoire d’une maison, l’historique de sa propriété via les actes notariés, le noms des propriétaires précédénts, leurs qualités etc.

Les guerres n’ont pas non plus épargnés les maisons, les archives des dossiers d’indemnisations permettent parfois de collecter des informations essentielles sur le bati lui-même ( Des plans alors que les originaux sont introuvables….) ou sur le contenu…allant jusqu’au bétail qui restait dans les étables.

les inondations et les incendies ont parfois laissé des informations précieuses comme des cartes postales ou photographies pour les inondations, des récits d’incendies ou de fait divers dans les journaux locaux….

Toute les pistes pour construire l’histoire d’un bien immobilier sont à retrouver dans le précieux guide de Laurence Druez disponible dans les dépots d’archives en Belgique francophone et en commande sur le site des archives de l’Etat.

In the heart of the great War!

Links between civilians and the military forces will be the focus In Mons next October.

Call for papers’s deadline early March (see link for details) . Sounds promising!

https://intheheartofthegreatwar.wordpress.com/

 

intheheartofthegreatwar

Nouveaux horaires d’ouverture des Archives Générales du Royaume…

…et des dépots dans les provinces à partir du 1 janvier 2017.

« Nouveaux horaires à partir du 1er janvier 2017

« De nouveaux horaires seront d’application dans les salles de lecture des Archives de l’État, sur base d’une approche différenciée en fonction des dépôts. Cette décision est due à un rétrécissement des budgets, à la baisse des effectifs et à des divergences entre certains besoins régionaux ou locaux.

La réduction des horaires d’ouverture n’entraînera pas pour autant une diminution du service public. Les jours de la semaine où la salle de lecture est fermée les Archives de l’État restent à disposition (par téléphone ou e-mail) pour faire des recherches ou répondre à des questions et l’établissement continuera bien entendu à ouvrir les archives à la recherche, à les numériser, à organiser des événements, à alimenter le moteur de recherche http://search.arch.be, etc. Les visiteurs des salles de lecture qui n’auraient plus la possibilité de mener leurs recherches suite aux nouveaux horaires sont invités à prendre contact avec le chef de service du dépôt concerné.
BRUXELLES

Archives générales du Royaume

Du mardi au vendredi : de 8h30 à 16h30.
(en juillet et en août : du mardi au vendredi, de 9h à 12h et de 13h à 16h30).
Fermé le lundi, samedi et dimanche, jours fériés et jours de récolement.

Archives générales du Royaume 2-dépôt Joseph Cuvelier

Du mardi au vendredi : de 9h à 16h30, de préférence sur rendez-vous par e-mail s’il s’agit de votre première visite.
(en juillet et en août : du mardi au vendredi, de 9h à 12h et de 13h à 16h30).
Fermé le lundi, samedi et dimanche, jours fériés et jours de récolement.

Archives de l’État à Bruxelles (Anderlecht)

Du mardi au vendredi : de 9h à 16h30
(en juillet et en août : du mardi au vendredi, de 9h à 12h et de 13h à 16h30).
Fermé le lundi, samedi et dimanche, jours fériés et jours de récolement.

Archives du Palais royal

Du mardi au vendredi, sur rendez-vous : de 9h à 12h15 et de 13h30 à 16h30.
En raison du contrôle d’accès et d’un nombre limité de places assises, un rendez-vous doit être convenu au préalable avec l’archiviste par e-mail ou par lettre. La salle de lecture des Archives du Palais royal ne dispose, par ailleurs, pas de salle de lecture numérique.
Fermé le lundi, samedi et dimanche, jours fériés et jours de récolement.

CegeSoma

Du mardi au vendredi : de 9h à 16h30.
Fermé le lundi, samedi et dimanche, jours fériés et jours de récolement.

WALLONIE

Archives de l’État à Arlon, Archives de l’État à Liège, Archives de l’État à Mons et Archives de l’État à Namur

Du mardi au vendredi : de 9h à 16h30.
(en juillet et en août : du mardi au vendredi, de 9h à 12h et de 13h à 16h30).
Le 1er samedi du mois (samedis 7 janvier, 4 février, 4 mars, 1er avril, 6 mai, 10 juin, 2 septembre, 7 octobre, 4 novembre, 2 décembre 2017) :
de 9h à 12h30 et de 13h à 16h. La consultation de documents originaux le samedi se fait uniquement sur réservation par e-mail ou par téléphone, au plus tard le vendredi à 13h.
Fermé les lundis, samedis (excepté le 1er samedi du mois), dimanches, jours fériés et jours de récolement.

Archives de l’État à Eupen, Archives de l’État à Louvain-la-Neuve, Archives de l’État à Saint-Hubert et Archives de l’État à Tournai

Du mardi au jeudi : de 9h à 16h30.
(en juillet et en août : du mardi au jeudi, de 9h à 12h et de 13h à 16h30).
Fermé les lundis, vendredis, samedis et dimanches, jours fériés et jours de récolement.

FLANDRE

Archives de l’État à Anvers-Beveren, Archives de l’État à Bruges, Archives de l’État à Gand, Archives de l’État à Hasselt et Archives de l’État à Louvain

Du mardi au vendredi : de 9h à 16h30.
(en juillet et en août : du mardi au vendredi, de 9h à 12h et de 13h à 16h30).
Fermé le lundi, samedi et dimanche, jours fériés et jours de récolement.

Archives de l’État à Courtrai

Mardi, jeudi et vendredi : de 9h à 16h30.
(en juillet et en août : mardi, jeudi et vendredi, de 9h à 12h et de 13h à 16h30).
Fermé le lundi, mercerdi, samedi et dimanche, jours fériés et jours de récolement. »

Vous voilà prévenus ! 🙂

Des nouvelles des archives de l’Etat…

N’oubliez pas que pendant les mois de juillet et août, les dépots ferment leurs portes entre 12h et 13h pour permettre au personnel un break bien mérité !

Aujourd’hui, c’était Louvain-la-Neuve qui était sur ma liste pour des archives communales,notariales et des greffes scabinaux !

Heureusement, le soleil était au rdv pendant la pause et il est vrai que la cité étudiante foisonne de petits restos, bars et food truck!

Merci Sai Sai Délices!

 

Soucis techniques aux archives de l’Etat de Liege!

Le dépôt des Archives de l’État à Liège injoignables par téléphone fixe et e-mail

Des câbles ayant été sectionnés lors de travaux à Cointe, les Archives de l’État à Liège ne sont actuellement plus accessibles par téléphone fixe ni par e-mail. Le réseau intranet permettant de consulter des photos et moteurs de recherche depuis la salle de lecture est également inaccessible. La situation devrait être rétablie ce jeudi 19 mai 2016. La salle de lecture reste ouverte pour la consultation d’archives originales. Si vous souhaitez consulter des archives originales ce samedi 14 mai aux Archives de l’État à Liège, vous pouvez les réserver avant ce vendredi 13 mai à 13h via le numéro de gsm suivant : 0476 94 22 50.

Les microfilms sont consultables sans réservation, comme d’habitude 😉

La généalogie, une passion hors de prix?

Vaste question que l’investissement dans une recherche généalogique. Entre documents récents à rechercher dans des communes pas toujours « généalogistes-friendly » , sites internet proposant une large gamme de produits, database et actes (mais pas toujours adapté aux recherches que l’on méne) et dépôts d’archives aux besoins criants et aux budgets rikiki.

L’emission « On est pas des pigeons !  » a consacré un sujet à la généalogie et plus particuliérement à son coût. Combien cela peut-il couter ? et les actes, est-ce cher et difficile à obtenir? Pourquoi faire appel à des pros alors que « tout »* est en ligne? On en parle ici :

http://www.rtbf.be/auvio/detail_rechercher-ses-ancetres-une-passion-pas-forcement-hors-de-prix?id=2102486

* On est d’accord, « tout » n’est pas en ligne mais c’est une croyance qui a la dent dure 😉

Le salon Généatica, c’est dans un mois !

Que le temps passe !
C’est deja dans un mois que débute le salon Généatica, l’évenement généalogique de Belgique !
Vous avez envie de découvrir comment aborder votre généalogie familiale et l’histoire de votre famille? Vous désirez recentrer vos recherches généalogiques déjà entamées? Vous voulez profiter de l’apport des nouvelles technologies pour valoriser le fruit de vos découvertes?
Si vous répondez positivement à l’une de ces trois questions, n’hésitez pas à rendre visite aux nombreuses associations et professionnels du monde de la généalogie belge et aussi de France transfrontalière, qui se sont donnés rendez-vous les 20 et 21 février 2016 à WAVRE en la salle des fêtes et autour du cloître de l’Hôtel de ville pour le 8ème Salon de la Généalogie : Généatica® 2016… et le 2ème jour de l’Histoire des Familles avec, comme thème,Généalogie sans frontière. En quelques heures, voire en un week-end selon vos besoins, vous pourrez vous rendre compte de l’éventail des outils à votre disposition et nouer plus d’un contact utile pour aller de l’avant dans vos recherches. Sans aucun doute, vous rentrerez chez vous la tête pleine de pistes et de bonnes idées pour vous mettre dans la peau du Sherlock Holmes de la généalogie que vous êtes ou qui sommeille en vous!
En 2016, les équipes de GéniWal asbl et de Familiekunde Vlaanderen vzw. ont fait un partenariat et organisent conjointement le congrés de la fédération néerlandophone et le salon Généatica. C’est une première qui mérite d’être soulignée dans un pays trop souvent divisé linguistiquement.

Bien entendu, Histoires de Familles sera présent et vous pourrez venir demander aide, conseils et éclaircissements pour vos recherches en Belgique et à l’étranger!

Pour vous inscrire au congrés de la fédération, c’est ici que cela se passe

A trés vite à Wavre !

geneatica-affiche

 

Salon d’histoire et de généalogie aux Archives de l’Etat à Namur!

Ce week end verra les Archives de l’Etat à Namur organiser un salon de généalogie et d’histoire. Plusieurs associations seront présentes pour expliquer, faire découvrir et vous aider à grimper à l’arbre de vos ancêtres !

Des conférences seront également au programme pour vous permettre de partir sur de bonnes bases et d’effectuer vos recherches dans les bonnes conditions ! Ce rendez-vous est lancé dans le cadre des rencontres généalogiques que les Archives de l’Etat ont décidé de lancer régulièrement.

Je serais pour ma part à Poitiers pour le Congrés de la Fédération Française de Généalogie mais Géniwal y sera, pour vous guider et tout vous dire sur Généatica 2016 qui se tiendra les 20 et 21 fevrier 2016 donc à Wavre 😉

Plus d’infos sur http://www.arch.be