FamilySearch Unlocking Centuries of Italian Ancestry Records

SALT LAKE CITY, UTAH (15 November 2018), FamilySearch International announced free access to over  150 million Italian historical genealogical records—the largest online collection of its kind. The unprecedented initiative is the result of collaboration between FamilySearch, the Italian government, the Italian State Archives (Direzione Generale per gli Archivi or DGA), and many other archives. The free collections include over 200 years of digitized images of birth, marriage, death, and other significant family history records from all regions of Italy and many other repositories. Search the free Italy collections online at  FamilySearch.org.

Over 100 million people worldwide claim Italian roots. Today, tracing their origins to Italy is much easier. Joel Conte and his wife Victoria, both third generation Italians living in the United States, were able to extend their Italian lines back many generations using the newly accessible, free records online. “Using the Italian records and FamilySearch Family Tree hints, we were miraculously able to trace our Italian family back many generations in a short period of time,” said Conte. “It would have taken us years and decades previously to accomplish it.”

FamilySearch has been preserving historical records from Italy archives for decades. In 2011, it launched a massive collaborative effort with the National Archives of Italy (DGA) that is proving to be “La Stele di Rosetta” (Rosetta Stone) for Italian descendants like Conte all over the world seeking their family origins. This project was the seminal initiative for all Italian historical projects with far reaching impacts.

FamilySearch 4 Tips to Find Italian AncestorsThe effort has reached its initial goal to digitize all available birth, marriage, and death records from 1806 to 1945 found in the civil registrations of Italy in every state archive and make them available for free online. FamilySearch is now focusing on its second, much more challenging goal, to use online volunteers to create a searchable online database that makes every name, place, and date in each record (estimated to be over 500 million names) easily discoverable on any internet-enabled device—for free.

The Italy civil registration records are the most complete of FamilySearch’s collections. FamilySearch also has Church records in Italy dating back to the 1500s. Starting a little later, Italy‘s court (tribunali) records can be found. Civil records became available after 1806. After annexing large sections of Italy during his reign, Napoleon Bonaparte introduced civil registration and the mandatory creation of duplicate records. Copies of birth, citizenship or residency, marriage, and death documents were kept in the community, and a second set were sent to the court having jurisdiction for the area. Today, these are a gold mine for Italian family history researchers—as they continue to become accessible online.

Through agreements with Italian governments and other repositories, FamilySearch is preserving not only the civil records online, but also millions more from archives throughout Italy—essentially helping to open Italian archives to patrons all over the world, 24 hours a day, 7 days a week. The digital images are also a safety net against natural calamities and loss to human handling.

FamilySearch has an ongoing goal to process over 15 million newly digitized historical records and scanned microfilm images yearly.

« Amazingly, we will finish digitizing the civil records of all the Italian provinces in 2019, but the indexes that make the records easily searchable by name will take many more years, » said Laura Giometta, who leads the FamilySearch Italian Records program. Until the records are indexed, they can be searched as a free digital image collection online.

FamilySearch online volunteers from around the world are indexing the Italian records. « We have learned that English speakers with no prior foreign language experience can index the Italian historic records accurately without becoming fluent by learning to recognize key words through online training, » said Ornella Lepore, indexing supervisor. She said very difficult records are still handled by language experts.

Lepore says about 2,000 online volunteers are helping index the records—more than 1,000 from the US, about 530 more in Italy, and the rest from other countries.

 

Explore Italy’s rich historical records:

To help index historical Italian records, go to  FamilySearch.org/Indexing.

Challenge AZ 2018 : K comme

Képi !

Celui des ancêtres soldats ou membres des forces de l’ordre ou encore ceux des travailleurs du chemin de fer!

Comme mon ancêtre, Thomas Nicholls, qui était policier dans sa ville de Chesterfield et qui a contribué, les sources de presse de l’époque en attestent, à arreter des voleurs et des criminels !

Vous avez des képis dans votre famille ? 😉

File:Kepi mg 3387.jpg

 

Challenge AZ 2018 : J comme…

Jouer.

 

N’oubliez pas, n’oubliez jamais de jouer.

Un jeu sérieux, mais tout de même. Il faut y trouver du plaisir.

Si vous vous prenez la tete sur un ancêtre, changez de branche pour un moment et puis revenez-y.

Si l’ennui, la lassitude ou la complexité des relations humaines vous ennuie, changez d’association, ou ne vous investissez que lorsque vous vous sentez entouré de bienveillance.

Prenez du plaisir dans vos recherches, même dans vos insuccés ( « soit je gagne, soit j’apprends…que je peux cloturer cette partie ou sous-partie de recherche car l’ancêtre recherché, ou sa famille, n’y est pas).

Restez sérieux comme un enfant qui joue !

Image result for children paying pic stock

 

 

 

Occasion unique : Gagnez une entrée pour RootsTech!!!

Image result for contest time

Dans le cadre de ma mission d’ambassadrice RootsTech, j’ai l’immense honneur d’offrir un pass RootsTech à l’un(e) chançeux/se d’entre vous !

Avouez que vous etes une bande de petits veinards de vous faire gater par RootsTech comme ca!

Mais à immense honneur….petite condition 😉

Envoyez moi vos bafouilles, vos lettres, votre plus belle prose, ou vos vers, pour m’expliquer comment vous imaginez RootsTech et, les raisons de votre coeur qui font que vous aimeriez faire partie de cette folle aventure, le tout par courriel uniquement avant le 30 Novembre 2019 et peut-être serez vous le grand gagnant de mon concours RootsTech* ?

Soyez inspirés!

La/Le gagnant sera tiré au sort parmi les participations reçues !

Attention, comme ce concours engage également ma responsabilité,  il est indispensable de pouvoir etre libre aux dates requises, et s’engager à voyager à ses frais 😉

Mais pensez qu’il s’agit d’une occasion unique de voir à quoi ressemble le plus grand salon généalogique au monde !

Sont compris dans le lot gagnant :

  • Un pass RootsTech ( d’une valeur +- de 400 eu)
  • Un moment avec moi pour une consultance généalogique ou historique

 

Ne sont PAS compris dans le lot :

  • Le Vol
  • L’hébergement
  • L’assurance/ESTA etc.
  • Tout autre frais engendrés par le voyage

 

Bien sûr, un déplacement à Salt Lake City a un coût ! mais peut-être est ce l’occasion de ne pas louer une maison de vacances au bord de la mer et de découvrir enfin THE PLACE TO BE en généalogie! Ne partez pas à la mer ou à la montagne cette année….mais offrez vous plutot un bond unique plusieurs siècles en arrière!

 

Challenge AZ 2018 : I comme….

Illusions. Elles font parfois partie d’une hypothèse de recherche.

Mais si il peut être beau de rêver à une ascendance illustre ou à un aieul remarquable ou plus simplement céder à la facilité de combler des « trous » dans une branche, il ne faut pas oublier que la recherche doit être établie sur des faits, et que les hypothèses de recherche doivent être étudiées, débattues, parfois laissées sur le côté ou abordée par une question négative, et pas sur des illusions.

La déception fait partie intégrante de la recherche. Il faut l’apprivoiser et l’intégrer dans nos recherches. Et il faut s’en souvenir.

Image result for fille qui reflechit

 

Challenge AZ 2018 : G comme…

Gay

Oui, il y a des homosexuel(l)es, hommes et femmes, dans nos ancêtres !

Non, il n’est pas évident de les trouver comme tel. La société n’était pas ce qu’elle est maintenant et les ancêtres homosexuel(l)es cachaient en général leurs liaisons

L’histoire c’est aussi faire l’histoire des gens comme ils sont, pas comme la société les a jugé à un moment donné.

Un de mes cousins, Henry Hibbert (1862-1924) vit à Londres à la fin du XIXe siècle, était probablement gay.

Il se marie en avec une jeune danseuse mais on ne le retrouve ensemble ni dans le recensement de 1901 ni dans celui de 1911. Sans rentrer dans des stéréotypes (monde du spectacle….) , différents éléments, notamment le fait que ses ouvrages sont dédicacés à des amis hommes, et jamais à son épouse, me font penser qu’Henry était homosexuel.

Mais l’homosexualité était taboue, et punissable dans le Royaume-Uni de Victoria et à moins qu’il n’apparaisse dans un procès ou dans la presse, votre ancêtre gay risque fort d’avoir brouillé les pistes.

Heureusement les choses changent. Les logiciels incluent de plus en plus une fonctionnalité pour les couples de même sexe. Les arbres ne seront plus faussés ou tronqués et c’est une belle avançée!

Si vous lisez l’anglais, je vous conseille cet article de Thomas MacEntee sur la généalogie LGBT.

Et vous ? Des ancêtres gays/lesbiennes dans votre arbre ?

Image result for 19th century gay
Execution de moines gay aux Pays-Bas en 1578.

Saroo Brierley first keynote speaker confirmed at RootsTech 2019!

The joy of discovering and connecting with family is powerful—and perhaps nobody knows that better than Saroo Brierley. After being separated from his family as a 5-year-old boy at an Indian train station, Saroo was adopted by an Australian family and lived in Hobart, Tasmania, for the next 25 years. Unable and unwilling to forget his heritage and homeland, he set out to discover his past. Using technology and the faded images etched into his 5-year-old memory, he eventually managed to recognize his home town—and meet his mother once again.
Saroo’s reunion with his mother made global headlines in 2012, and his full story is recounted in his number 1 international bestselling autobiography, A Long Way Home.
The film Lion, based on his autobiography, was released in November 2016 and nominated for 4 Golden Globe and 6 Academy Awards.
Saroo will be the featured keynote speaker at RootsTech 2019 on Friday, March 1 at 11:00 a.m. on the main stage. Get ready for the sure-to-be inspirational session as Saroo recounts his incredible journey and shares stories of determination, survival, and the importance of family connections.

Challenge A-Z : F comme une évidence

F comme Femmes!

Les femmes qui ont fait nos familles,

Les femmes qui ont fait l’Histoire,

Les femmes qui font de l’Histoire

Avec une pensée particuliére pour ce monsieur qui m’a un jour dit très honnetement en me regardant dans les yeux  « Les femmes, ca ne devrait pas faire de l’histoire. »

Ce jour là,je suis restée jusqu’à la dernière seconde dans la salle de lecture. J’y avais été la seule lectrice de toute la journée…

Image result for femmes vieilles photos

MyHeritage Live : Jour 2!

C’est dimanche mais tout le monde est debout et en forme : Incroyable !

Même ceux qui ont des petits yeux de la fête de la veille sont sur le pont pour proposer un super second jour de conférence !

 

 

 

 

 

 

La journée commence en force avec un atelier mené par Daniel Horowitz sur les options avançées de FamilyTree Builder , le logiciel maison de MyHeritage.. Les photos, les dates, la protection de la vie privée et le layout du logiciel n’ont bientôt aucun secret pour les participants , tout comme cette possibilité de créer un cimetiére virtuel avec les photos des tombes de vos ancêtres ou l’option de laisser une personne en particulier cachée des visiteurs de votre arbre ( Non, vous n’etes pas obligés de vous marier en secret pour utiliser l’option 😉 )

Le Dr Yanis Erlich de l’équipe scientifique de MyHeritage fait un compte-rendu complet de l’utilisation des données génétiques dans le cadre d’un Big Tree, en s’attardant sur les migrations ( Les femmes ont migré beaucoup plus que ces messieurs, l’aurait on cru? 🙂 mais les mariages se faisaient dans un rayon géographique relativement restreint ce qui mène à l’endogamie) et leur impact sur notre gênome.

C’est super intéressant ! De plus, Yanis est un de mes grands héros en génétique donc je suis doublement ravie de l’entendre nous enseigner ses fascinantes découvertes.

Ensuite, la Dr Daphna Weissglas plonge dans les « matches » tout en soulignant le rôle essentiel des femmes (à nouveau, ha!) dans la détermination des relations génétiques entre individus et nous laisse entrevoir la manière dont MyHeritage présente les liens dans leur base de données!

 

 

 

 

 

 

Pendant la pause, les stands ne désenplissent pas, les visiteurs bombardent le super staff de support de questions ou d’achat de kits de généalogie génétique mais également les autres stands dont les organisations locales de généalogie.

L’aprés-midi commence avec une belle présentation de Geoff Rasmussen sur ses outils préférés de MyHeritage et une présentation de ses plus de 600 webinars disponible ici et qui permettent de travailler tant sur les sujets de fond que sur des questions de méthodologies. Encore une présentation sur la possiblité d’effectuer des recherches quand une partie de la famille vous est inconnue et la session de cloture autour du futur de la généalogie génétique.

Les conférences ont fait le plein!

Il est déjà le temps de quitter cette superbe première édition avec des idées plein la tête et des chouettes émotions !

Merci MyHeritage de m’avoir conviée à participer à ce super week end de réflexion autour de notre passion commune. Merci Oslo pour votre accueuil superbe et toujours aussi amical. Dick Eastman et Vidar øverlie (généalogiste norvégien) sont bien d’accord avec moi!

J’espère que cet évènement sera le premier d’une longue série!