Happy ADN Day 2017 !

I think I’ll spend the evening browsing through my MTDNA matches since there are new matches coming into my email box every day and often several times a day! And you ? How do you celebrate DNA Day?

Je pense que je vais passer la soirée à éplucher mes « Matches » ADN (correspondances biologiques) car il y a des nouveaux cousins biologiques tous les jours ! Et vous, comment allez célébrer le DNA Day ? Et si vous n’avez pas encore fait de test, envisagez-vous de le faire ? Dites moi tout ! 🙂

Le salon de généalogie de Paris, de retour en 2018 !

C’est officiel, le salon de la mairie du 15e qui attire chaque année de plus en plus de visiteurs reviendra en 2018 les 15, 16 et 17 mars !

Petite particularité pour la prochaine édition, le jeudi sera ajouté au programme avec une matinée reservée aux scolaires !

Amis parisiens ou de plus loin, si vous avez des ancêtres belges et britanniques, je serais heureuse de vous aider à les retrouver à cette occasion ! Toutes infos sur www.associationarchivesetculture.com

 

Heredis se prépare pour les marchés américains et européens !

http://objectif-languedoc-roussillon.latribune.fr/entreprises/commerce-services/2017-04-18/heredis-se-prepare-pour-les-marches-americains-et-europeens.html?utm_content=buffer8bfb1&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer

 

Hérédis se prépare pour les marchés américains et européens

Par Cécile Chaigneau  |  18/04/2017, 18:21  |  564  mots
L'équipe de BSD Concept (Heredis) à Montpellier.
L’équipe de BSD Concept (Heredis) à Montpellier. (Crédits : BSD Concept)
« L’entreprise montpelliéraine éditrice du logiciel de généalogie Hérédis déménage pour s’installer dans ses propres locaux, plus grands. Une condition sine qua non pour amorcer un vrai virage vers l’international.

La société montpelliéraine BSD Concept, spécialisée depuis vingt-trois ans dans l’édition de logiciels de généalogie Hérédis, déménage le 24 avril prochain dans de nouveaux locaux, trois fois plus grands. Elle vient en effet d’acquérir près de 400 m2 (transaction accompagnée par Arthur Loyd Montpellier) précédemment occupés par le Groupe Egis, dans l’immeuble Atrium au Millénaire.

L’entreprise, reprise par ses salariés sous le statut de Scop en juillet 2014, amorce ainsi un nouveau virage, celui de l’international en direction de l’Europe et des Etats-Unis.

« Nous étions 11 salariés il y a trois ans, et 17 aujourd’hui (dont 12 associés, NDLR), souligne Audrey Cavalier, co-gérante avec Mikaël Marie, de BSD Concept. Nous ne pouvons plus recruter personne alors que nous avons la volonté de nous développer. Nous avons besoin de développeurs : une première personne arrivera le 15 mai et nous devrions en recruter trois autres d’ici fin 2017… Pour le moment, il existe une version française et une version anglaise de notre logiciel. Nous souhaitons adapter la version anglaise au marché américain, et développer des versions en allemand, mais aussi espagnol et portugais pour toucher les pays où se pratiquent ces langues. »

Un partenariat avec l’Américain FamilySearch

Pour se développer aux Etats-Unis, où l’entreprise est déjà présente, BSD Concept a déjà identifié une porte d’entrée : FamilySearch.

FamilySearch est un organisme généalogique créé et géré par l’église mormone, très axée sur la famille et donc la généalogie. Après avoir microfilmé les registres de l’état civil et des registres paroissiaux de nombreux pays dans le monde, FamilySearch les partage via l’un des sites de généalogie les plus utilisés. Ce sont eux également qui, chaque année, organisent l’un des rendez-vous généalogiques les plus courus des aficionados, le Roots Tech, sorte de salon qui attirent 40 000 visiteurs à Salt Lake City.

« Nous préparons un partenariat avec FamilySearch, et nous espérons exposer l’an prochain au Roots Tech de février 2018, annonce Audrey Cavalier. Il n’y a pas de problème à travailler avec FamilySearch, qui est très reconnue aux Etats-Unis, et qui ne mélange pas business et religion… Bien sûr il existe des logiciels de généalogie américains, mais notre force, c’est un logiciel avec des fonctionnalités poussées et 23 ans d’expérience qui en font un outil très adapté aux besoins. Par ailleurs, nous avons développé la partie web et consultation en ligne, que les autres logiciels n’ont pas, avec une importante base de 450 millions de données disponibles à ce jour. Autre avantage concurrentiel : nous proposons l’envoi de notifications quand de nouvelles données présentent des correspondances avec l’arbre généalogique d’un abonnés. »  »

Bravo les amis !

Avenue de l’Yser version longue !

La chouette émission de BX1 , la télévision locale bruxelloise, consacrée au quotiden des belges en 14-18 est revenue sous un format long et ce afin de prendre le temps d’explorer les différentes façettes de la vie des bruxellois plus en détail et de confronter le regard de jeunes de 2017 au vécu de leurs ainés !

J’ai eu la chance de participer au projet dont vous pouvez voir le résultat ici

ps : Une malencontreuse erreur de sous-titres m’a attribué les noms/prénoms de l’invitée centenaire. Je rassure tout le monde : Je ne suis pas centenaire 🙂

Beau succès pour la collecte d’archives aux Archives de l’État à Eupen !

« Ce samedi 25 mars 2017, de 9h à 12h, les Archives de l’État à Eupen et le musée ZVS à Saint-Vith organisaient une collecte d’archives. Un beau succès pour cette première édition qui a permis d’élargir le travail de mémoire des habitants des Cantons de l’Est ! Les Archives de l’État espèrent encore pouvoir bénéficier de nombreux dons d’archives privées de ce genre dans le futur.

Le 100ème anniversaire du début de la Grande Guerre a permis d’élargir le travail de mémoire des habitants des Cantons de l’Est, qui était jusqu’alors concentré sur la bataille des Ardennes (offensive Rundstedt), les dégâts de guerre, l’enrôlement forcé et la répression. Pour la préparation de cette journée de collecte, les Archives de l‘État avaient souligné qu’elles étaient à la recherche de documents sur les deux guerres mondiales, mais également sur la période qui les précédait et les suivait. Ce samedi 25 mars 2017, environ 50 personnes se sont donc rendus aux deux endroits de collecte : les Archives de l’État à Eupen et le musée ZVS à Saint-Vith. Certains documents ont déjà été remis avant et même après la journée de collecte.

Environ 30 personnes ont fait don de leurs documents ou les ont prêtés de façon permanente. Quelques personnes ont également déposé leurs documents le temps nécessaire pour leur numérisation. Certains visiteurs ont d’abord voulu en savoir plus sur la journée de collecte et se sont montrés très intéressés une fois leur curiosité initiale assouvie.

Une multitude de documents divers ont été remis. Il s‘agissait principalement de documents personnels tels que photos, albums, images encadrées, anciennes pièces d’identité, livrets militaires, passeport permettant de passer la frontière, brevets, dossiers notariaux de la période des deux guerres et de l’entre-deux-guerres. Ces documents se rapportaient principalement à la formation militaire et à la guerre. Parmi les pièces les plus intéressantes figurent quelques journaux de guerre de la Seconde Guerre mondiale.

Les rares documents portant sur la période suivant la guerre concernent principalement la reconstruction, et dans une bien moindre mesure l’épuration d’après-guerre. Des documents d’associations (chroniques), de la vie religieuse (documents privés d’un curé et des livres religieux) et du domaine de l’éducation ont également été récoltés. Les cahiers et livres d’école sont une mine d’informations particulièrement précieuse car ils nous permettent de comprendre les intentions alternantes des États dans leurs efforts d’assimiler les nouveaux citoyens. Certains témoignages du monde du travail permettent de comprendre comment la population locale a été intégrée dans les associations de leurs nouvelles patries, comme par exemple le Boerenbond. Les témoignages de la vie culturelle et des loisirs (livres, albums de voyage, activités diverses) constituent un apport pour l’histoire sociologique. Les sources que nous avons reçues nous permettent de jeter un nouveau regard sur la vie quotidienne dans les Cantons de l’Est au cours des décennies. Les images et autres objets de mémoire (tels que des boîtes en bois, sacs à main ou cartons) soulignent le caractère personnel du contenu et des informations qu’ils véhiculent ; ils vont maintenant être triés, évalués et inventoriés voire numérisés.

Les pièces majeures de cette journée de collecte furent sans nul doute celles issues des archives privées de Karl Weiss, homme politique socialiste certes controversé mais influent entre 1930 et 1950, c’est-à-dire la période phare de la jeune histoire des Cantons de l’Est. Entre 1919 et 1933, le parti socialiste était ouvertement révisionniste, contre l’infiltration du parti national-socialiste et décrié par les médias d’après-guerre.

Ces divers documents reflètent la société des Cantons de l’Est au 20ème siècle et sont une source précieuse pour les historiens, complétant les sources d’origine officielle conservées aux archives de l’État.

Les Archives de l’État espèrent encore pouvoir bénéficier de nombreuses dons d’archives privées de ce genre dans le futur. »

( CP Arch.be )

Conférence à l’UOPC le 27 avril 2017 !

L’UOPC , librairie bruxelloise bien connue, m’invite bien gentillement à présenter le « Guide de la généalogie en Belgique » le 27 avril prochain à 18h30 !

Je serais ravie de vous y rencontrer!

 

Bilan du week end « Sauvons nos tombes » de Geneanet !

C’est devenu un classique du printemps à l’instar des courses cylcistes flandriennes, l’opération « Sauvons nos tombes » organisée par Geneanet a réuni 511 contributeurs, photographiant 56000 tombes ( soit 71000 photos) en un seul week end en France à l’étranger ( Belgique, Pays-Bas, Allemagne mais également Colombie, le Portugal, l’Afrique du Sud ou l’Ouzbekistan. Preuve que la communauté Généanet s’élargit de jour en jour).

Le plus grand contributeur a apporté à lui seul prés de 14.000 photos (chapeau!) et c’est aujourd’hui des milliers de tombes qui sont encodées pour le plus grand plaisir des chercheurs. A noter une attention spéciale apportée au centenaire de la Première Guerre Mondiale et plus particuliérement aux tombes du Chemin des Dames auquel un travail spécial a été apporté.

Pour celles et ceux qui n’auraient pu participer, c’est encore évidemment possible ( et souhaité! 🙂 ) à cette adresse : http://www.geneanet.org/cimetieres/howto . Comme les beaux jours ne font que commencer, c’est l’occasion de se lancer dans la grande entreprise de la sauvegarde de notre patrimoine funéraire !

Twile lance son service impression !

…et c’est chouette !

La nouvelle sensation généalogique qui propose une agrégation en chiffre de vos données généalogiques.Vous pouviez déjà visualiser  le pourcentage  h/f, le nombre moyen d’enfants, le nombre total de porteurs de tel patronyme…) et le reporter sur une ligne du temps vous pourrez maintenant en commander l’impression pour décorer votre intérieur ou pour offrir!

Bien sympa!

Les 5 raisons d’aimer Who Do You Think You Are?

  • Retrouver les clients, en rencontrer de nouveaux! ( Venez me faire coucou à mon stand (317 ^^)
  • Retrouver les copains généalogistes, en rencontrer de nouveaux!
  • Découvrir les nouveautés proposées par les grandes compagnies telles que Ancestry,  Find My Past, My Heritage….
  • Avancer dans ses recherches en Angleterre, Ecosse et Irlande.Le salon regroupe en effet des associations généalogiques et touristiques de ces pays et vous permet d’organiser au mieux vos recherches !
  • Faire le plein de fardes, de loupes, crayons, gants et autres outils super utile à la recherche auprès des différents marchands présents dans l’ « Expo Hall » !

Vite, vite ! Encore quelques jours à patienter…

Pour tout savoir sur les soeurs Brontës…

et plus spécialement les relations que les soeurs ont développé avec Bruxelles,

La « Brontê Society » qui, en Belgique, étudie l’oeuvre littéraire des membres de la famille Brontës organise ce week-end des conférences et visites en lien avec le sujet!

Le samedi, dés 10h auront lieu des conférences à Saint Louis ( Auditoire P61, entrée par la porte « Préfecture)

Le dimanche,il y aura une visite guidée des lieux symboliques marqués par le passage d’Emily et Charlotte à Bruxelles.

Les évenements ont lieu en anglais, mais sont accessibles aux non-membres contre participation aux frais !

Plus d’infos sur http://www.brusselsbrontegroup.org