Deuxièmes Rencontres d’Histoire Environnementale

Les relations de l’Homme avec son environnement, les conséquences que celui-ci peut avoir au niveau social et économique sont autant de sujets intéressant à étudier. Le groupe « Pollen » (Pôle de l’histoire environnementale des facultés universitaires de Namur) avec entre autres les Archives de l’Etat à Mons,, organisait cette année les deuxièmes rencontres d’histoires
environnementale , Au programme, une série de communications intéressantes et alléchantes sur l’état d’avancement des recherches en Belgique,Luxembourg mais aussi,et cela est important de le souligner notamment lorsqu’on évoque ce que « sécheresse » veut dire ici et surtout la-bas, au Burundi et au Rwanda, et comme cerise sur les archives, la présence d’Emmanuel Le Roy Ladurie,pionner dans les recherches du genre et dont les travaux,dont le célèbrissime « Montaillou,village occitan » a berçé des générations d’étudiants en Histoire dont mes professeurs et leurs professeurs avant eux !

C’est donc avec une impatience non dissimulée que je me suis rendue à Namur, pour écouter le Maître,assez âgé maintenant mais n’ayant rien perdu de sa verve et de son esprit ! Si sa communication portait essentiellement sur son parcours,elle n’en était pas moins passionnante pour qui s’intéresse à l’évolution des sciences historiques !

Après cela,nous avons eu droit à des communications de Pierre Alexandre, insistant inlassablement sur le travail de critique historique indispensable dans toutes recherches et spécialement celles utilisant des séries météorologiques, de Laurent Litzenburger sur la « méthodologie de l’Histoire du climat d’après les sources narratives messines et des Anciens Pays-Bas », de Wilfred Pitel sur l’ « histoire du climat dans le nord de la France (XVIème-XVIIIème) » ainsi qu’une communication audacieuse mais passionnante d’Alexis Zimmer à propos du « Brouillard mortel de décembre 1930 » dans la région liégeoise et liant analyse d’un évènement concret et analyse abstraite des sources liées. Tout au long des communications,j’étais heureuse d’entendre les registres paroissiaux cités en bonne place dans les sources narratives comme possibilité d’informations d’évènements météorologiques,comme de conflits d’ailleurs (guerres,rebellions,pillages..)

Pour en savoir plus sur les registres paroissiaux comme source des phénomènes météorologiques :

http://www.unicaen.fr/histclime/source.php

Pour en savoir plus sur le colloque :

http://www.fundp.ac.be/lettres/histoire/nouvelles/rebel-2012

Emmanuel Le Roy Ladurie
Emmanuel Le Roy Ladurie
137-2e Rencontres d'Histoire Environnementale (9)
Laurent Litzenburger (Université de Lorraine)

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s